Titanic


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  PortailPortail  MembresMembres  Site perso sur Jack PhillipsSite perso sur Jack Phillips  ConnexionConnexion  Page FacebookPage Facebook  AFTAFT  NPSNPS  
Partagez | 
 

 Le "suicide" de Murdoch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
LittleTony87

avatar

Masculin
Age : 27
Messages : 6112
Inscrit le : 15/11/2009
Localisation : Trop près, beaucoup trop près.

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Mar 3 Avr 2012 - 19:03

Ma réponse est qu'il s'est et ne s'est pas suicidé. Il s'est suicidé pour ceux qui l'ont vu faire. Il ne l'a pas fait pour ceux qui l'ont vu dans d'autres circonstances ; et comme il nous est impossible de faire la part des choses, tout ce que l'on peut faire pour "toucher" la Vérité, c'est de ne pas la chercher, de se contenter de recueillir les témoignages sans les sélectionner. C'est une tâche ambitieuse, mais que l'on fait trop peu (ça me donne d'ailleurs une idée de topic, je verrai ce soir).

Quoi qu'il en soit, je ne peux que renvoyer au dossier de Bill Wormstedt "Shots in the Dark", sur son site, qui est un modèle du genre : bilan des témoignages et théories sans prendre parti pour quoi que ce soit. C'est à mon avis comme ça que nous devons travailler : pas à partir de ce que nous savons/croyons savoir ; pas à partir de ce que nous voulons croire ; mais à partir des données brutes dont on dispose.

C'est à ce prix qu'on pourra vraiment comprendre le Titanic, en arrêtant d'asséner des vérités et en acceptant le doute (dans tous les sens d'ailleurs) ; et en cela, ta démarche est plus que louable Tiphaine. Si tous les Murdochistes, passionnés de la question du Californian et autres étaient dans le même état d'esprit ! fete
Revenir en haut Aller en bas
http://latiquequicrie.wordpress.com/
Tiphaine

avatar

Féminin
Age : 27
Messages : 4798
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Mar 3 Avr 2012 - 19:14

Mon intérêt pour Murdoch ne m'empêche en rien de croire à la possibilité du suicide, parce que selon moi cette hypothèse ne jette aucune honte sur son image.

Bien sûr, sa famille, et encore aujourd'hui les habitants de Dalbeattie rejettent totalement l'idée qu'il ait pu se tuer, et je le comprends, mais je pense qu'ils ne sont pas tout à fait objectifs. Loin de moi l'idée de leur jeter la pierre, il est tout à leur honneur qu'ils défendent la mémoire de Murdoch, mais il y a tant de choses à prendre en compte...

Le site "Shot in the Dark" est effectivement une autre référence, mais il faut s'accrocher car la mise en forme n'est pas très lisible, et les infos sont denses. Dan de "The Man, The Mystery" maîtrise tout à fait le sujet et cite tout ce qui doit être cité, y compris justement "Shot in the Dark." L'avantage c'est que son site est plus clair et que la lecture y est plus agréable.

Je compte écrire ici un petit résumé de ce qui m'emmène à penser que Murdoch ait effectivement pu retourner l'arme contre lui, et vous pourrez vous faire votre propre avis. Ligtholler semble avoir un rôle important dans tout cela, selon Dan il est indéniable qu'il savait quelque chose...et il trouve cela très frustrant. Ce que je comprends tout à fait puisque je ressent la même chose. ^^
Revenir en haut Aller en bas
SZvenKruspe

avatar

Masculin
Messages : 153
Inscrit le : 31/03/2012
Localisation : Nouveau-Brunswick, Canada

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Mer 4 Avr 2012 - 22:47

Je ne pense pas que Murdoch c'est suicider, tout ça pour en suite ce suicider ? Moi je crois qu'aucuns des membres d'équipage ce sois suicider, ils ont aider à leurs maximum pour ensuite essayer de sauver leurs propre vie, pour moi c'est évident et je ne crois pas trop au suicide. Pour moi c'est une vague qui la emporter comme la plus part des membres d'équipage, celle qui avant (ou pendant !?!?) que la cheminé tombe. Bref en gros, quand la vague arrivas quand les gens essayer de descendre le canot B (je pense) je ne sait plus.

Attention c'est un peu long.

En gros à bord du canot retourner que Gracie occupas il y avais un membre d'équipage mort de froid (car bon le canot étais retourner du cou les gens étaient dans l'eau quand même.. Celui là par exemple Harold diras que c'est Phillips alors que plus tard ils trouvent que ce n'étais pas lui (c'était un homme en habit) Quelqu'un aurait-il un idée de qui ça pourrait être.. !?

Je suis justement entrain de lire le livre de Archibald Gracie "Rescapé du Titanic" et voilà ce que l'on peut trouver:

"Troisième: Le capitaine ou le premier officier se sont-ils suicidés, ou non ?
Nonobstant les rumeurs et les informations publiées par des journaux, je n'ai retrouvé aucun survivant, ni parmi les passagers ni parmi l'équipage, en mesure de confirmer les allégations selon lesquelles le capitaine Smith ou le premier officier Murdoch se donnèrent la mort. En ce qui concerne le capitaine Smith, de nombreux témoins nient le fait, et notamment le jeune opérateur du système Marconi, Harold S. Bride, qui le vit sur le pont juste avant que le navire ne coule, puis, ensuite de débattant sous l'eau. Je n'ai pas davantage retrouvé d'indices tendant à prouver définitivement le suicide de l'officier Murdoch. Bien au contraire. Ce premier officier se montra un homme brave et efficace et personne n'a pu avancer de raison suffisamment motivée pour justifier qu'il eût pris une telle décision. Il remplit son devoir sans faillir, dans des circonstances difficile, et il mérite d'être admiré et honoré. Un quart d'heure avant la fin, je me tenais moi-même sur le pont des embarcations par tribord avant, alors que l'officier Murdoch y dirigeais la vaine tentative de mettre à flot le bateau Engelhardt. Un coup de pistolet n’eût pu être tiré en ces instants sans attirer mon attention. Et même plus tard, quand je partis vers l'arrière, la distance nous séparent ne fut jamais suffisante pour m'empêcher d'entendre un coup de feu. C'est la < grande vague >, la < lame gigantesque > dont parle Harold S. Bride, qui emporta Murdoch et l'équipage du point des embarcations, quelques instants avant de m'atteindre à mon tour et de me soulever sur le toit du carré des officiers. Son témoignage concorde avec mes observations en matière de temps, de lieu et de circonstances. Je cite:

"Dix minutes à peu près avant que le bateau coule, le capitaine Smith a donné l'ordre à tout l'équipage de veiller à sa propre sécurité. Je me suis précipité prêter main-forte aux hommes qui tentaient de mettre à flot le radeau (le bateau Engelhardt). Nous avions réussi à le pousser jusqu'au plat-bord quand une lame gigantesque l'a emporté."

Lightoller me fit une déclaration similaire à bord du Carpathia, à savoir qu'il vit Murdoch quelques instants avant d'être lui-même balayé par la vagues et que, si un coup de feu avait été tiré avant, il l'eût nécessairement entendu en raison de la courte distance qui le séparait du premier officier.

Voilà, en gros pour moi (et même sans ce petit texte) Murdoch ne ce serais pas suicidé ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Tiphaine

avatar

Féminin
Age : 27
Messages : 4798
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Jeu 5 Avr 2012 - 3:20

SZvenKruspe a écrit:
Attention c'est un peu long.

Aucun soucis ! J'aime bien les textes longs qui ouvrent le débat.
Ma réponse risque de l'être aussi d'ailleurs, j'espère que ça ne rebutera pas les éventuels lecteurs. rire


SZvenKruspe a écrit:
Moi je crois qu'aucuns des membres d'équipage ce sois suicider

Sur ce point je pense qu'il n'y a pas à discuter, il y a bien eu un suicide. Plusieurs historiens le disent eux-mêmes : la question n'est pas de savoir si oui ou non il y a eu suicide, mais de savoir quelle est l'identité du suicidé... On peut oublier Smith car sa barbe blanche aurait été reconnue de tous, Moody quant à lui n'avait pas eu accès à une arme. Les candidats les plus probables sont Wilde et Murdoch. Notons tout de même que le nom de Wilde n'est mentionné qu'une fois, tandis que celui de Murdoch revient 9 ou 10 fois. Bien que les témoignages divergent donc sur les identités, la majorité d'entre eux s'accordent néanmoins sur deux choses : il y a bien eu des coups de feu vers le canot A, et un homme en uniforme a été vu mort sur le pont.

Avant de lire ce qui va suivre, je précise que je ne mets pas en doute le courage et le dévouement de Murdoch, loin de là. Je ne souhaite pas non plus démontrer à tout prix qu'il s'est donné la mort, mais énoncer quelques faits que vous jugerez par vous-même. Il faut aussi mettre de côté ses idées selon lesquelles ce serait forcément une honte pour Murdoch de s'être suicidé. S'il avait réellement retourné l'arme contre lui, ça ne changerais absolument rien à son "héroïsme"(je mets des guillemets car je n'aime pas ce mot ^^). Bref, pour le moment je vais m'en tenir aux faits dont l'on dispose avec Lightoller. On pourras reparler de Gracie plus tard. Le sujet du suicide aborde bien des choses, trop nombreuses pour toutes les citer ici d'un seul coup. En tout cas il y a déjà pas mal à voir avec Lightoller, et des plus intéressantes !



Lightoller affirme avoir vu Murdoch avant d'être emporté par la vague

Nous savons que peu avant d'être emporté par la vague, Lightoller a quitté le canot B dont il s'occupait sur bâbord, pour sauter sur le toit de la passerelle de commandement et aller voir ce qui se passait à tribord. Dans sa lettre à Ada Murdoch, il explique que de là-haut il a vu Murdoch, puis a été emporté sous l'eau. Selon l'historien Behe, Ligtholler n'a pas pu avoir le temps d'appercevoir Murdoch puisqu'il était au milieu du toit quand la vague est arrivée. C'est en effet ce que Lightoller dit au sénateur Smith quand celui-ci lui demande où il se trouvait : "from on top, pratically amidship, a little to the starboard side, where I had go to."

Que s'est-il vraiment passé quand il était sur le toit ? Qu'a t-il vu ou non ? Lightoller est connu pour être un témoin très controversé, et il se contre-dit lui-même à plusieurs reprises lors de ses témoignages. Toujours selon Behe, il est clair cependant que Lightoller n'a pas tout dit et qu'il a caché des choses. Un autre historien, Paul Quinn, signale quant à lui que Ligtholler a abandonné le canot B parce que "quelque chose l'a attiré à tribord", et que cette chose serait le suicide de Murdoch.

Selon Dan, le webmaster de "The Man, the Mystery", il faut aussi prendre en compte que la lettre écrite par Lightoller à Ada est avant tout un mot de condoléances dont le but est de réconforter une veuve, et qu'elle n'est absolument pas à prendre en tant que preuve irréfutable que Murdoch ne sait pas suicidé. Je suis assez d'accord avec lui. On sait d'ailleurs depuis peu, grâce à une enchère qui s'est tenue le 2 mars dernier, que Lightoller a écrit pratiquement la même lettre à la famille Simpson. Combien de lettres de ce genre a t-il écrit aux familles endeuillées ? Enfin, Edkins (du site de Dalbeattie) utilise principalement cette lettre pour réfuter l'hypothèse du suicide, mais en réalité il doute lui-même de la crédibilité de Lightoller. Quant à l'historien Don Lynch, il pense que Lightoller a voulu avant tout protéger la veuve de Murdoch, quitte à devoir lui cacher la vérité.


Confessions privées de Lightoller

Susanne Störmer (la biographe de Murdoch) a découvert au cours de ses recherches, que plusieurs années après le naufrage Ligtholler s'était rendu chez le frère de William, Samuel Murdoch. Le fils de Samuel, Scott Murdoch (mort en 2010) se souvient avoir vu Lightoller et son père s'enfermer dans une pièce pour parler en privé. A l'époque il était enfant.

D'un ami de la famille Lightoller, Störmer a également appris autre chose : Lightoller aurait lui-même avoué qu'il y avait effectivement bien eu un suicide cette nuit-là, et qu'il connaissait même la personne qui s'était tuée. Cependant il n'a jamais dit qui, et a entraîné son secret dans la tombe.


La lettre de Lightoller à McGiffin

L'historienne Diana Bristow soulève quant à elle un fait intéressant qu'elle a découvert en étant entrée en contact avec James O. McGiffin, fils de James McGiffin. Qui est McGiffin ? Un ami de la famille Murdoch, qui avait fait son apprentissage de marin sous le commandant du père de William ! Par la suite il a travaillé avec Murdoch et Lightoller à bord du Medic, et c'est comme cela qu'il est également devenu un ami intime de ce dernier. Lorsque le Titanic était à Southampton, McGiffin s'est d'ailleurs rendu à bord pour saluer les deux officiers.

Après le naufrage Lightoller discute naturellement de la tragédie avec McGiffin. Il lui raconte notamment que Murdoch a accidentellement tiré sur un passager qui tentait de monter dans le canot en repoussant femmes et enfants. La balle a atteint l'homme à la mâchoire, et l'a tué...
Si c'est vrai, comment Murdoch s'est-il sentit après cela ? dgt


Je me demande pourquoi Lightoller mentirais de plein gré à cet ami que lui et Murdoch avaient en commun... En plus il aurait été plus justifié d'accuser Lightoller de mentir s'il avait dit que Murdoch n'avait jamais tué de passagers et qu'il avait été un héros parfait, mais là ce n'est pas le cas et je ne vois pas pourquoi il irait inventer une telle chose.



James McGiffin, sur le Medic en 1899. (collection personnelle)


Dernière édition par Tiphaine le Jeu 5 Avr 2012 - 4:52, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
LittleTony87

avatar

Masculin
Age : 27
Messages : 6112
Inscrit le : 15/11/2009
Localisation : Trop près, beaucoup trop près.

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Jeu 5 Avr 2012 - 3:27

Je ne connaissais pas ce dernier point. Reste à étudier le pédigrée de McGriffin... Lightoller n'avait aucune raison de lui mentir ; à condition que lui-même ne mente pas sur ce qu'il lui a dit.

Pour le reste, je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait que nous devons abandonner ces conceptions d'héroïsme et de lâcheté. Aucun homme n'est un héros, tout comme aucun n'est un méchant. On agit selon notre vécu, selon des pulsions, selon un ensemble de faits tellement complexes que rien ne peut dire que X était un héros et Y un lâche. On peut dire que X s'est trouvé dans une situation qui l'a fait agir en héros à tel instant, que Y a agi lâchement à un autre... Sans pour autant généraliser sur leur nature.

Bref, on ne peut se focaliser sur l'image que l'on veut avoir de quelqu'un et éliminer ce qui n'y correspond pas. On doit étudier toutes les sources et les exposer de façon neutre. Quant à l'avis personnel que chacun veut se faire, il lui est propre, mais dans ce débat, personne ne peut avoir raison.
Revenir en haut Aller en bas
http://latiquequicrie.wordpress.com/
flavien

avatar

Masculin
Messages : 556
Inscrit le : 25/02/2012

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Jeu 5 Avr 2012 - 19:48

Je ne connaissais pas non plus cette histoire avec McGriffin, mais quoi qu'il en soit et pour confirmer tes propos introductifs Tiphaine, il faut bien se dire que si Murdoch (ou Wilde) s'est suicidé, il ne l'a fait qu'à la toute fin après avoir rempli sa tâche jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
SZvenKruspe

avatar

Masculin
Messages : 153
Inscrit le : 31/03/2012
Localisation : Nouveau-Brunswick, Canada

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Ven 6 Avr 2012 - 3:20

Ah merci Tiphaine je ne connaissais pas . ^^

C'est vrai que bon si il a accidentellement tiré sur un mec .. il c'est senti mal et aurait pu ce suicider..

En même temps, même si il l'aurait fait pour cette raison ou encore pour ne pas mourir geler dans l'eau glacé je le comprendrais à 1000% une balle dans la tête ou encore mourir geler je pense que c'est facile de prendre la plus rapide..

Ça reste quand même un "héros" pour moi comme tout les autres qui on fait le même boulot jusqu'à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Tiphaine

avatar

Féminin
Age : 27
Messages : 4798
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Ven 6 Avr 2012 - 4:43

SZvenKruspe a écrit:
En même temps, même si il l'aurait fait pour cette raison ou encore pour ne pas mourir geler dans l'eau glacé je le comprendrais à 1000% une balle dans la tête ou encore mourir geler je pense que c'est facile de prendre la plus rapide.

C'est justement l'un des faits qui est évoqué lorsque l'on énumère les causes qui auraient pu le pousser à se suicider.

Remettons les choses dans leur contexte en partant depuis le soir du 14 avril : A 19h Murdoch relève Lightoller le temps que celui-ci aille manger, il prends ensuite son quart à 22h. Depuis la collision avec l'iceberg, cela fait plus de 2h qu'il se démène, dans le froid et le stress, pour évacuer au mieux les passagers. Depuis combien de temps n'a t-il pas fermé l'oeil ? Désormais il ne reste plus qu'un canot, qu'il essaye tant bien que mal de mettre à l'eau, et il sait parfaitement qu'il ne pourra pas y prendre place. D'une certaine façon, il est déjà mort.

Ajoutons à cela qu'après avoir eu le plus grand mal à convaincre les gens d'embarquer dans les canots (voir le n°1 partit avec 12 personnes), la foule se presse à présent vers la dernière embarcation et il doit avoir le plus grand mal à la contenir. Un homme bouscule sans ménagement femmes et enfants pour tenter sa chance ? Le coup a pu partir tout seul, comme un réflexe. Un officier de marine n'est pas un assassin, alors si cela c'est réellement passé, nul doute qu'il en est été profondément affecté durant les quelques minutes qui lui restait lui-même à vivre.


Un historien dont j'ai oublié le nom, fait également remarquer qu'il n'y a finalement pas de grande différence entre Murdoch qui se suicide avec une arme et ceux qui ont choisit volontairement d'attendre la mort. Il appelle cela le "suicide noble", et cite en exemple Guggenheim, les Straus, Thomas Andrews... Autant de personnes qui n'ont pas cherchés à se sauver, et qui donc d'une certaine façon se sont donc également suicidées. Pourtant ces passagers ne sont jamais présentés comme des lâches, mais au contraire comme des personnes extrêmement courageuses, et à juste titre. Je doute que de nos jours on puisse encore assister à ce genre de comportement lors d'un naufrage. Or, selon cet historien la seule différence avec Murdoch, c'est qu'il avait une arme et donc la possibilité d'en finir plus vite. Comme vous le dites toi et Flavien, il a d'abord accomplit son devoir, jusqu'à ne plus pouvoir rien faire. On ne peut donc pas l'accuser de lâcheté. Après tout Smith l'a dit à Bride et Phillips, il y a un moment où c'est chacun pour soit.

Bien entendu je reste dans le domaine de l'hypothèse.


Notons enfin que dans le passé les suicides n'étaient pas rares sur les navires en perdition. Ce même historien en rapporte plusieurs cas dans l'un de ses ouvrages. A l'époque Edwardienne cela ne semble pas avoir eu la connotation uniquement négative que nous lui attribuons aujourd'hui. Selon le contexte cela pouvait en effet passer pour un acte de courage. Le survivant George Reims a dit lui-même en parlant de l'officier suicidé : "C'est ce que j'appelle un homme !"
Revenir en haut Aller en bas
SZvenKruspe

avatar

Masculin
Messages : 153
Inscrit le : 31/03/2012
Localisation : Nouveau-Brunswick, Canada

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Ven 6 Avr 2012 - 5:33

Tiphaine a écrit:
SZvenKruspe a écrit:
En même temps, même si il l'aurait fait pour cette raison ou encore pour ne pas mourir geler dans l'eau glacé je le comprendrais à 1000% une balle dans la tête ou encore mourir geler je pense que c'est facile de prendre la plus rapide.

C'est justement l'un des faits qui est évoqué lorsque l'on énumère les causes qui auraient pu le pousser à se suicider.

Remettons les choses dans leur contexte en partant depuis le soir du 14 avril : A 19h Murdoch relève Lightoller le temps que celui-ci aille manger, il prends ensuite son quart à 22h. Depuis la collision avec l'iceberg, cela fait plus de 2h qu'il se démène, dans le froid et le stress, pour évacuer au mieux les passagers. Depuis combien de temps n'a t-il pas fermé l'oeil ? Désormais il ne reste plus qu'un canot, qu'il essaye tant bien que mal de mettre à l'eau, et il sait parfaitement qu'il ne pourra pas y prendre place. D'une certaine façon, il est déjà mort.

Ajoutons à cela qu'après avoir eu le plus grand mal à convaincre les gens d'embarquer dans les canots (voir le n°1 partit avec 12 personnes), la foule se presse à présent vers la dernière embarcation et il doit avoir le plus grand mal à la contenir. Un homme bouscule sans ménagement femmes et enfants pour tenter sa chance ? Le coup a pu partir tout seul, comme un réflexe. Un officier de marine n'est pas un assassin, alors si cela c'est réellement passé, nul doute qu'il en est été profondément affecté durant les quelques minutes qui lui restait lui-même à vivre.


Un historien dont j'ai oublié le nom, fait également remarquer qu'il n'y a finalement pas de grande différence entre Murdoch qui se suicide avec une arme et ceux qui ont choisit volontairement d'attendre la mort. Il appelle cela le "suicide noble", et cite en exemple Guggenheim, les Straus, Thomas Andrews... Autant de personnes qui n'ont pas cherchés à se sauver, et qui donc d'une certaine façon se sont donc également suicidées. Pourtant ces passagers ne sont jamais présentés comme des lâches, mais au contraire comme des personnes extrêmement courageuses, et à juste titre. Je doute que de nos jours on puisse encore assister à ce genre de comportement lors d'un naufrage. Or, selon cet historien la seule différence avec Murdoch, c'est qu'il avait une arme et donc la possibilité d'en finir plus vite. Comme vous le dites toi et Flavien, il a d'abord accomplit son devoir, jusqu'à ne plus pouvoir rien faire. On ne peut donc pas l'accuser de lâcheté. Après tout Smith l'a dit à Bride et Phillips, il y a un moment où c'est chacun pour soit.

Bien entendu je reste dans le domaine de l'hypothèse.


Notons enfin que dans le passé les suicides n'étaient pas rares sur les navires en perdition. Ce même historien en rapporte plusieurs cas dans l'un de ses ouvrages. A l'époque Edwardienne cela ne semble pas avoir eu la connotation uniquement négative que nous lui attribuons aujourd'hui. Selon le contexte cela pouvait en effet passer pour un acte de courage. Le survivant George Reims a dit lui-même en parlant de l'officier suicidé : "C'est ce que j'appelle un homme !"

J'aurais pas dit mieux.

Voilà, c'est ce que je voulais dire lui il avais une arme à sa disposition, si les autres en aurait eux une ils auraient probablement fait la même chose au lieu d'attendre la mort par noyade, c'est plus rapide et moins souffrant.


Merci beaucoup pour ces textes Tiphaine.
Revenir en haut Aller en bas
Denis

avatar

Masculin
Messages : 2587
Inscrit le : 31/03/2012

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Sam 7 Avr 2012 - 10:49

Tiphaine a écrit:
dans le passé les suicides n'étaient pas rares sur les navires en perdition. A l'époque Edwardienne cela ne semble pas avoir eu la connotation uniquement négative que nous lui attribuons aujourd'hui. Selon le contexte cela pouvait en effet passer pour un acte de courage. Le survivant George Reims a dit lui-même en parlant de l'officier suicidé : "C'est ce que j'appelle un homme !"

Après avoir relu très attentivement les 6 pages du sujet, je recherchais quelqu'un évoquant cela et c'est chose faite.

Tiphaine à raison en disant qu'il faut se remettre dans le contexte de l'époque. Dans les milieux ou règne l'ordre et la dicipline (armée, marine...), le suicide n'est pas vécu comme une infamie ou une preuve de bassesse mais comme un acte noble et ce, depuis les romains et les grecs.
Combien de généraux, d'officiers militaires (peu importe leur nationalité), ont jugé préférable de choisir le suicide après un échec, ou une défaite ayant entrainé la mort de nombreux hommes placés sous leur commandement ?
Il était "normal" de s'attribuer la responsabilité de la mort de ses hommes et de les suivre dans l'au-delà.

W. Murdoch, aura fait le maximum, jusqu'au bout, pour sauver le maximum de personnes, c'est indéniable et cela le place d'office parmis les justes du drame. Paix à son âme.
Mais une fois qu'il n'était plus possible de sauver qui que ce soit, que dans quelques minutes ce serait la fin, peut-être a-t-il choisi, de quitter ce monde de cette manière, se sentant trop responsable du désastre et ne pouvant supporter de rester éventuellment en vie alors tant d'autres auront périt ?
Sans compter la honte qu'il fera jaillir sur son nom et sa famille pour des générations s'il restait en vie (on a tous vu les triste destin qu'aura ensuite B Ismay, accusé de toutes perts et rongé par la culpabilité jusqu'à sa mort).

Pour l'époque, cet acte n'a pas la connotation de scandale et de lâchetée véhiculée aujourd'hui.
En 1912, se suicider dans ce genre de cas, c'était faire preuve de dignité (sauf, s'il s'était suicidé dès les premières minutes du naufrage, là la perception de son suicide aurait passé pour lâcheté).

Suicidé ou pas, Murdoch aura été un homme fidèle à lui-même: bon, courageux jusqu'au bout et dont ses descendants peuvent être fiers.

Et souvenons-nous, c'est finalement l'Eglise qui à "décidé" que le suicide "c'est mal" avec l'essort du Christianisme dans les années 500 après J.C.

A.T
Revenir en haut Aller en bas
ADNred

avatar

Féminin
Messages : 31
Inscrit le : 19/04/2012
Localisation : Toulon

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Ven 20 Avr 2012 - 23:01

Après avoir lu très attentivement ces 6 pages, je constate que je suis encore une fois de l'avis de Tiphaine ^^

Tout d'abord, je tiens à dire que l'esprit humain est si complexe qu'une personne n'étant pas spécialement prédisposé au suicide peut finir par choisir cette solution. Personne ne peut être en mesure de dire qu'elle ne se suicidera jamais même si cette personne est particulièrement forte. Alors on ne peut pas dire que Murdoch ne se soit pas suicidé. Il est évident que l'on ne peut pas l'affirmer. Ensuite pour moi, le suicide n'est pas un acte de lâcheté et ne peut être en aucun cas mis en opposition avec le courage. Comme vous le dites, Murdoch a fait son devoir jusqu'au bout, lorsqu'il n'y avait plus rien à faire que c'était le moment du "chacun pour soit" de Smith, on ne sait pas ce qu'il s'est passé dans la tête de Murdoch et quel décision il a pu choisir. Ensuite Tiphaine parle de la thèse de bousculade qui a amené Murdoch a tirer dans un homme accidentellement et qui serait l'une des causes du potentiel suicide de Murdoch. Je trouve que cette thèse, soutenue par des historiens comme nous la démontré Tiphaine, ressemble assez à la fin de vie de Murdoch de Cameron. Dans se sens, il n'est pas plus a blâmé dans son interprétation. Un film n'est qu'une interprétation, il a trouvé que cette thèse était la plus crédible à son avis, que cela rajouterais du drame à son histoire et que cela lui permettait de tuer deux personnages du films en même temps, c'était son choix. Néanmoins, ces excuses étaient effectivement nécessaire. De mon avis, il aurait du en parler à la famille de Murdoch et non pas laisser la surprise lors de la sortie du film. Pour ma part, je ne crois pas que la thèse du suicide soit quelques choses d'impossible pour la simple raison qu'on ne sait pas ce qu'il s'est passé dans le tête du bonhomme et pour moi cela n'enlève nullement une grande admiration pour Murdoch. Je suis plus du genre à favoriser cette thèse. L'homme n'est pas infaillible et lorsque l'on se retrouve face à un destin de mort fortement probablement puisque pour Murdoch, il fallait sauvé les passagers et qu'il est certain qu'il aurait cédé sa place à un passager sur une embarcation de fortune plutôt que de le laisser mourir, je ne crois pas que la thèse du suicide soit impossible. Qui plus est, comme le faire remarquer Tiphaine, Lightoller est particulièrement vague à ce sujet et cache des choses. Il est certain qu'il y a eu un suicide d'officier sur le paquebot. Les recoupements des historiens ont démontrés que les deux plus probablement sont Wilde et Murdoch. Le changement de hiérarchie juste avant le départ n'aide pas à savoir avec plus de certitude qui est l'homme suicidé. L’acharnement de Lightoller pour défendre l'honneur de Murdoch est assez suspecte. Ils étaient amis et il est possible que Lightoller est voulu défendre son ami et surtout protéger la femme de murdoch face aux accusations de suicide. De plus, le fait qu'il en est parlé à un ami commun sans dire réellement le nom, peu laisser supposer qu'il s'agit bien de Murdoch. Car si cela n'avait pas été le cas, quel risque Lightoller aurait eu à donner un nom à un homme qui ne connaissait pas les autres officiers personnellement ? Ensuite la visite de Lightoller, confirmé par Scott Murdoch, demandant une visite seule à seule avec le frère de William peut confirmer l'annonce du suicide à son frère. Personne ne sait ce qu'il a été dit dans cette conversation, mais à ce moment là, pourquoi il y aurait eu autant besoin de secret pour une discussion sur le courage de son frère, si ce n'est confirmer une thèse qui ne doit rester qu'une thèse pour protéger l'honneur de son ami dans l'esprit de Lightoller.

Je sais que mon avis ne va pas plaire, mais il faut regarder la vérité en face. Personne ne sera ce qu'il a fait. Pour ma part, je suis pour la thèse du suicide, thèse qui n'a rien de honteux ni même de lâche. Le suicide est un acte qui demande beaucoup de sang-froid. Face à une mort certaine et douloureuse (que cela soit la noyade ou le mort par le froid), il a préféré quelques choses de rapide. Cela montre au moins qu'il n'aimait pas la souffrance inutile. Après cela ne reste qu'une hyptohèse et on ne pourra probablement jamais dire qui des officiers c'est tué. Je n'apporte également rien au débat vu que la plus part des choses ont été dite et que je ne fais que répéter XD
Revenir en haut Aller en bas
Nienor



Féminin
Messages : 15
Inscrit le : 11/04/2012

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Sam 21 Avr 2012 - 1:57

(D'avance, désolée pour la tartine que je vous ai écrite.^^)


J'ai lu beaucoup de choses rapportées sur ce fameux "suicide", et tout ce que je retiens à ce propos, c'est que.... eh bien nous n'en savons tout simplement rien.
Il y a trop peu de sources véritablement fiables pour arriver à en conclure quoi que ce soit, dans un sens comme dans l'autre.

Et de toutes ces théories échaffaudées sur le sujet, j'en tire surtout une leçon, c'est qu'il faut savoir se montrer vigilant vis-à-vis de tous les éléments qui nous ont été donnés jusqu’ici. L’Histoire nous a maintes fois prouvées, que derrière les plus belles preuves du monde, se cachait parfois une vérité toute autre et complètement inattendue. Et c'est valable pour presque tous les domaines d'ailleurs, que ce soit de l'histoire, des sciences ou n'importe quoi d'autres.
Doit-on rappeler par exemple, que pour le cas du Titanic, tout le monde s'était accordé à l'époque pour dire que le bâteau avait sombré en un seul morceau, et que c'est limite si on ne riait pas au nez de tous les rares malheureux à s'aventurer sur la théorie de la cassure ?

En fouillant vraiment tous les témoignages à notre disposition, je me suis aperçu qu'au final, nous nous retrouvons devant tout un tas d'infos, dont aucune ne pourrait être qualifiée de crédible à 100%. Ceci est valable dans n'importe quel sens : que ce soit l'hypothèse du suicide de Murdoch, Wilde, n'importe qui d'autres, voire même... personne.
Tous les on-dit, les histoires rapportées, les récits de seconde ou de troisième main (voire quatrième!!)... c'est typiquement le genre d'infos le plus dangereux, le plus pernicieux, parce que ce sont des histoires qui se racontent bien et surtout se propagent vite. Si demain j'ai envie de colporter un fausse rumeur, il me suffit de le raconter à tout type de gens, et les intermédiaires font le reste... (et dans des situations d'urgence comme pour le Titanic, c'est encore plus facile de raconter n'importe quoi, parce que la moindre info devient complètement crédible aux yeux des gens). Certains même se persuaderont d'en être témoin, parfois ça va très loin... Prenons un exemple simple.

Situation vraie (pour l'exemple hein) : Il y a des coups de feu + j'ai vu un corps inerte à priori tué par balles, je ne sais pas si c'est un officier.
Quelqu'un affirme que : un officier s'est suicidé
Conséquence : Je sais qu'il y a eu des coups de feu, j'ai vu un cadavre, et je sais que la situation dégénère, la confusion règne, je peux difficilement vérifier quoique ce soit, mais je sais ce que j'ai vu et entendu -> je prends donc l'info pour argent comptant (Pour peu que ce soit une bonne connaissance qui ait raporté l'info,la personne y croit encore plus...) La presse m'interroge le lendemain, je dis être témoin d'un suicide et je déclare que c'était un officier. Je le sais parce que coups de feu + cadavre (+ celui qui m'a dit que c'était un officier, mais avec le temps j'oublie que cette info m'a été rapportée, et je crois me souvenir de l'avoir vu). Plus on me pose la question, plus j'y crois, et plus j'ai l'impression d'avoir assister au suicide. (faut s'imaginer que parfois ça relève de mécanisme complètement inconscient, un peu comme les mythomanes, c'est pour ça que parfois ça va loin).

Voilà comment on en arrive à des conlusions toutes faites, et des témoignages biaisés. C'est très certainement ce qui est arrivé à beaucoup de gens à l'époque. D'autant plus que pour le cas du Titanic, c'est typiquement la situation qui favorise le plus ce genre de méprise. Il faut se rendre compte que la nuit du naufrage a été un épisode traumatisant pour la plupart des rescapés, qui ont vécu des moments trop chaotiques pour se souvenir exactement ce qu'il s'est passé, parfois les évènements se mèlent les uns aux autres, et ces situations engendrent alors souvent un état de confusion mentale, qui peut être légère comme profonde, tout dépend de la sensiblité de chacun.
Ca explique par exemple pourquoi un témoin affirme avoir vu l'officier se suicider en se tirant une balle dans la bouche (et il en est persuadé), alors que les autres disent qu'il s'est tiré une balle sur la tempe (ils en sont eux aussi persuadés) => Qui a bon ? Qui a menti ? Qui s'invente des histoires ? Déjà là, sur la façon dont l'officier s'est suicidé les gens ne sont pas d'accord entre eux, comme quoi... si on va plus loin en leur demandant de nommer l'officier, on se retrouve avec tout et n'importe quoi (J'ai vu Murdoch! J'ai vu Wilde! Non c'était le 1er Officier! Le Capitaine a mis fin à ces jours!). Nécessairement, on se retrouve avec proportionnellement plus de Murdoch, parce que son nom est à priori plus connu à bord que celui de Wilde. De plus il suffit qu'une seule personne ait avancée ce nom, pour que les autres qui n'ont pas su l'identifier le reprenne => imaginons un témoin se dire "Après tout, j'ai rapidement vu que c'était un officier à priori gradé, toute la soirée j'ai entendu ce nom (là, c'est une supposition de ma part, mais m'est avis que l'équipage a souvent du l'interpeller, au moins pour savoir quand affaler les canots ou pour d'autres conseils techniques, vu que Murdoch avait en charge l'organisation de l'évacuation des passagers), et maintenant qu'il le dit, c'est vrai qu'il devait surement lui ressembler à vue de nez, il a donc surement raison, c'est Murdoch. Le lendemain, je rapporte à la presse que j'ai été témoin d'un suicide, et que c'était Murdoch."


Pour la lettre de Lightoller à Ada Murdoch, je suis tout à fait d'accord avec Tiphaine pour dire que c'est avant tout une lettre de condoléance, et non une preuve que l'on pourrait utiliser. Mais dans le même ordre d'idée, on pourrait aussi dire que les témoignages des gens ayant assuré qu'il y a eu suicide, était peut-être aussi pour certain (pas nécessairement tous) une manière de pouvoir vendre leur histoire aux journaux, surtout que plusieurs ont beaucoup perdu dans le naufrage, alors après tout si une occasion se présente de se faire un peu d'argent avec du sensationnel, allons y gaiement. Et là, toutes les rumeurs sont bonnes à prendre. Surtout si on enjolive ça avec de beaux dialogues : "Messieurs, maintenant c'est chacun pour soi! Adieu" "C'est ce que j'appelle un homme ça!". Attention, je ne dis pas que ce qu'à pu dire George Rheims est faux, c'est un exemple, mais étant donné que personne n'a rapporté cet épisode là, ça montre qu'après tout il aurait tout aussi bien pu dire autre chose... personne n'aurait été là pou le contredire.

Pour ce qui est de l'histoire comme quoi Lightoller aurait dit à un ami qu'il connaissait quelqu'un ayant mis à ses jours ce soir là, rappelons tout de même que ce fait nous a été rapporté par un ami de la famille. Et jusqu'ici personne n'a jamais su de qui il s'agissait, donc aucun moyen de savoir si la source est fiable. Je reprends également les dires d'Inger Sheil à ce propos que j'ai trouvé intéressant :

Citation :
Shea, Susanne Stormer has referred a couple of times to having spoken to a member of the Lightoller family who claimed that the Second Officer knew someone that night who shot themselves. To my knowledge, she has never revealed the name of this individual, and I haven't seen a verbatim transcript of her interview, so I don't know if it is alledged that Lightoller claimed he *saw* someone committ suicide, or if he merely claimed to know somone who did without claiming to have seen it himself.

I followed up on this when interviewing a member of the Lightoller family myself, but I don't know if we spoke to the same individual. I found a vague oral tradition suggesting that it was actually a passenger involved, and no clear recollection on whether Lightoller claimed to have witnessed it or if he was repeating hearsay.

Ensuite, pour les confessions de Lightoller au frère de William Murdoch, c'est vrai que dans un premier temps, ça peut paraître troublant. Mais n'oublions pas que jusqu'à présent, personne n'est vraiment allé se renseigner auprès des familles Wilde/Smith/Moody, et que donc rien ne nous dit que Lightoller n'est pas aussi allé leur rendre une petite visite. Un peu comme ses versions copier-coller de lettres de condoléances. La question serait donc : pourquoi alors a-t-il eu une conversation privée avec Samuel Murdoch ? On peut supposer par exemple, si on prend comme avérée l'histoire comme quoi Murdoch a tiré sur un passager, et l'a tué en le touchant à la machoire, qu'il a donc voulu raconter tout ce qu'il savait à ce propos parce que tout le monde comprendra qu'il appartient à la famille de William de savoir ce qu'il lui est advenu. Sa famille a le droit de connaître ce que furent ses derniers instants, sans que ce soit un récit édulcoré comme a pu l'être la lettre de condoléance. Ceci pourrait justifier une conversation secrète, parce que Lightoller ne voulait pas que soit connu cette histoire : dire que Murdoch a bel et bien tué un passager, pourrait entacher le souvenir et l'image de ce dernier [et ce même si on sait que c'était un accident, car les gens font parfois des raccourcis bien étrange... donc il fallait à tout prix que ça reste secret. Bon pas de bol, un ami a finalement vendue la mèche plus tard (encore une fois, sous réserve que ce que cet ami dit soit vrai)] . Et surtout dire ça, devant son neveu d'à peine 10 ans.... c'est moyen. Peut-être en a-t-il profité également pour lui révèler l'identité de l'officier suicidé (si on fait l'hypothèse qu'il y en avait un...), histoire de lui certifier s'il le fallait, qu'il ne s'agissait donc pas de Murdoch. Et dans la foulée, d'aller rendre visite à la famille du "suicidé", qui n'aurait jamais rien révèlé à ce sujet jusqu'ici, nous laissant donc dans l'ombre.
Encore une fois, nous sommes dans le domaine de la spéculation. Après tout, peut-être que plus simplement, Lightoller a raconté à Samuel Murdoch que son frère s'était suicidé... mais peut-être aussi que non... Nous ne pourrons jamais savoir.



Là, vous l'avez sans doute remarqué, je reprends essentiellement les arguments énoncés en faveur du suicide de Murdoch, mais je pourrais tout aussi bien faire le travail inverse, et remettre en question les arguments en faveur d'un non-suicide ou de celui de quelqu'un d'autre. C'est pour montrer qu'aucun fait que nous avons récolté jusqu'ici n'est fiable à 100%. Tout ce dont nous disposons c'est un amas de faits rapportés et de théories spéculatives. Maintenant, à nous de jouer au Cluedo et de tenter de percer tous ces mystères, à la manière d'un détective.

J'aimerais un jour quand j'aurais le temps, reprendre toutes les informations au sujet de ce fameux "suicide". Sans prétendre trouver l'ultime solution à ce mystère evidemment, puisque je reste convaincu que jamais nous ne trouverons LA solution. Et bien que Murdochiste dans l'âme, je ne pourrais pas croire quelqu'un qui m'affirmera que Murdoch ne s'est pas suicidé sans un bon paquet de preuves irréfutables sous le bras (et ça, m'est avis que ça ne risque pas d'arriver de sitôt), ou l'inverse. Comme quoi, même en étant "pro-Murdoch", j'essaye et je pense savoir faire la part des choses et memontrer un minimum objective.


Quoiqu'il en soit, il appartient à chacun de se faire sa propre opinion sur le sujet.

Et surtout, pour finir (oui quand même, il y a une fin à tout!^^) n'oublions pas une chose : c'est toujours plus facile de prouver que quelqu'un a fait quelque chose, que l'inverse, à savoir qu'il n'a rien fait.
Essayer donc de prouver que personne ne s'est suicidé... Vous verrez, c'est dur, parce que tout le monde vous rétorquera que si vous dites ça, c'est très certainement parce que vous n'avez rien vu...

Voilà, c'était mes élucubrations de milieu d'insomnie. rire
Revenir en haut Aller en bas
Historiapassionata

avatar

Féminin
Age : 25
Messages : 5050
Inscrit le : 12/12/2006
Localisation : Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles.

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Sam 21 Avr 2012 - 12:02

Je pense que pour pouvoir interroger la Famile Smith de nos jours ca va être un peu chaud ils sont tous morts depuis longtemps!Et pour les Wilde c'est pas sûr non plus

_________________

Marguerite Dubois - Mathilde Van de Velde - Gaston François


Du soleil la lumière étreint la terre,
Les rais de lune baisent la mer,
Mais que vaut donc tout cet ouvrage tendre,
Si toi tu ne m’embrasses pas ?
Percy Shelley
Revenir en haut Aller en bas
http://lsvmonarchie.blogspot.com
nicober



Messages : 26
Inscrit le : 12/04/2012

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Dim 22 Avr 2012 - 9:17

Bonjour tout le monde

Un débat que l'on ne pourra jamais clore de façon définitive. Surtout si l'on veut absolument avoir des preuves formelles, des certitudes sur ce qui s'est véritablement produit cette nuit là. A supposer que cela soit véridique que Murdoch ait tiré sur un passager et l'ait tué. Ce passager était un homme qui tentait de bousculer des femmes pour prendre leur place. Alors dans ce cas Murdoch n'a fait que son devoir d'officier et appliquait les ordres du commandant qui disaient "Les femmes et les enfants d'abord". Bien qu'il ait fait monter auparavant des hommes dans d'autres canots, pour la simple raison qu'il ne devait plus y avoir de femmes et d'enfants à embarquer dans ces canots. Ne pas oublier que cet ordre ne signifiait pas que tous les hommes devaient attendre que toutes les femmes et tous les enfants du bord aient quitté le navire pour se sauver. Plusieurs ici sur le forum ont compati avec Bruce Ismay en admettant qu'il avait le droit de se sauver puisse qu'il n'y avait plus personne d'autre autour de lui. Seul le capitaine est tenu d'attendre en tout dernier pour quitter le navire. Donc Murdoch n'avait rien à se reprocher pour son geste, il ne faisait que son devoir. Sur la passerelle lorsqu'il était de quart, quand il a entendu la vigie lui dire "Iceberg right away" je pense qu'il a fait tout ce qu'un officier sensé aurait fait - Stoper les machines et Arrière toute - Constatant l'inévitable, il a tenté une manoeuvre de dernier recour pour esquiver l'iceberg qui a bien failli réussir semble-t-il. C'est trop facile de dire après coup, moi j'aurais agi autrement même pour un officier de marine, car il n'était pas là et maintenant il connait les circonstances. Malheureusement il a effleuré la masse de glace et on connait la suite. Mais ce n'est toujours pas de sa faute si plusieurs rivets étaient de mauvaise qualité et ont sautés et que les portes étanches ne montaient pas assez haut. Ce n'est pas non plus de sa faute si le navire avançait trop vite, encore là, il ne faisait qu'exécuter les ordres. Donc je ne crois pas qu'il ait grand chose à se reprocher. Je suis convaincue que bien des officiers auraient témoignés en sa faveur, à moins qu'ils aient eu peur des conséquences sur leur carrière. Parfois ça influence un témoignage et on préfère nier des faits.
Somme toute - IL NE FAISAIT QUE SON DEVOIR D'OFFICIER.

Et son devoir il l'a exécuté jusqu'à la dernière minute, alors pourquoi aurait-il voulu se suicider? Quelles sont les raisons qui l'auraient pousser à cet acte ultime?

Plutôt que de vouloir en venir à une certitude des faits qui somme toute est impossible à obtenir une centaine d'années plus tard. Ne serait-il pas plus judicieux de se référer à la loi des probabilités? En d'autres termes quelles sont les probabilités que William Murdoch ait agi de telle ou telle façon cette nuit là? Plus la probabilité sera forte plus vous pourrez affirmer votre position mais toujours en prenant soin de mentionner qu'il existe une certaine possibilité de marge d'erreur dans votre raisonnement.

Ma seule hypothèse qui m'amènerait à croire au suicide de Murdoch c'est que s'il avait survécu au naufrage, minces chances mais toujours possibles, il aurait eu à comparaitre devant un tribunal d'enquêtes et sachant fort bien que ces derniers chercheraient un bouc émissaire, il ne voulait pas en faire les frais. Dans ce cas il aurait jugé qu'il valait mieux mourir à coup sûr. Tant qu'à l'hypothèse de la peur de l'eau froide, cela me fait quelque peu sourire, un marin habitué sur l'Atlantique Nord, qui a dû faire son apprentissage sur des Cap-Horniers comme c'était la norme dans ces temps là dans la marine marchande britannique, en descendant dans les 40e Rugissants, il a dû en boire des tasses d'eau froide dans sa courte carrière..

En conclusion je pense que William Murduch est décédé noyé lors du plongeon final du Titanic bien qu'il puisse subsister une mince possibilité qu'il ait mis fin de lui-même à ses jours juste avant que le navire ne coule. Quand à Cameron et son film, il aurait dû arranger la scène en laissant planer un doute dans l'esprit des spectateurs et cela aurait pu être tout aussi dramatique pour son film, à la Hitchcock par exemple.

A vous de juger si mon raisonnement tient la route!
Revenir en haut Aller en bas
ADNred

avatar

Féminin
Messages : 31
Inscrit le : 19/04/2012
Localisation : Toulon

MessageSujet: Re: Le "suicide" de Murdoch   Lun 23 Avr 2012 - 13:43

Nienor: Je dois dire que lorsque je suis arrivée sur le sujet, je voulais dire à peu prêt la même chose que toi mais je me suis laissée emporter par le débat XD tout cela pour dire que je suis d'accord avec ce que tu nous racontes dans ton roman.

nicober a écrit:
Mais ce n'est toujours pas de sa faute si plusieurs rivets étaient de mauvaise qualité et ont sautés et que les portes étanches ne montaient pas assez haut. Ce n'est pas non plus de sa faute si le navire avançait trop vite, encore là, il ne faisait qu'exécuter les ordres. Donc je ne crois pas qu'il ait grand chose à se reprocher. Je suis convaincue que bien des officiers auraient témoignés en sa faveur, à moins qu'ils aient eu peur des conséquences sur leur carrière. Parfois ça influence un témoignage et on préfère nier des faits.
Somme toute - IL NE FAISAIT QUE SON DEVOIR D'OFFICIER.

Je crois que sur ce point, on est tous d'accord. Il a fait son devoir et son travail d'évacuation était admirable.


nicober a écrit:


Ma seule hypothèse qui m'amènerait à croire au suicide de Murdoch c'est que s'il avait survécu au naufrage, minces chances mais toujours possibles, il aurait eu à comparaitre devant un tribunal d'enquêtes et sachant fort bien que ces derniers chercheraient un bouc émissaire, il ne voulait pas en faire les frais. Dans ce cas il aurait jugé qu'il valait mieux mourir à coup sûr. Tant qu'à l'hypothèse de la peur de l'eau froide, cela me fait quelque peu sourire, un marin habitué sur l'Atlantique Nord, qui a dû faire son apprentissage sur des Cap-Horniers comme c'était la norme dans ces temps là dans la marine marchande britannique, en descendant dans les 40e Rugissants, il a dû en boire des tasses d'eau froide dans sa courte carrière..


Sur ce point là, je ne suis en revanche pas tout à faire d'accord. Je pense qu'au moment du naufrage, personne ne pensait à la commission d'enquête, c'était un combat pour la survie. Pour ce qui est de la peur du froid, ce que tu énonces est vrai mais entre faire des entraînements dans l'eau froide, rester jusqu'à la limite pour enfin sortir et réellement mourir de froid, il y a une différence. Mrudoch était entraîné au situation d'évitement d'iceberg, et pourtant, il n'a pas réussi à l'éviter. Les situations d’entraînements et les situations réelles sont bien différentes. C'est pourquoi, je ne pense pas que la thèse de la peur du froid soit si impossible. Mais somme toute, on ne sera jamais. Il est vrai qu'il a très bien pu mourir dans le plongeon final du paquebot et être emporté par lui.

nicober a écrit:
Quand à Cameron et son film, il aurait dû arranger la scène en laissant planer un doute dans l'esprit des spectateurs et cela aurait pu être tout aussi dramatique pour son film, à la Hitchcock par exemple.


Je suis d'accord avec toi, cela aurait été intéressant qu'il laisse planer le doute, cela ramènerais la vérité puisque le doute reste et restera toujours.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le "suicide" de Murdoch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le "suicide" de Murdoch
» "Suicide des ados = chantage"
» "Hamlet"... en opéra...
» [29.11.2008] Un guest blessé en "sautant" d'une attraction en marche
» "Titanic" de retour en 3D : sortie le mercredi 04 avril 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Titanic :: Les membres de l'équipage.......  :: Le commandant et les officiers :: William Murdoch-
Sauter vers: