Réforme du ferroviaire en France

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Dim 10 Juin 2018 - 11:54

Bonjour les amis!

Vous n'êtes sûrement pas sans savoir que nous vivons une période trouble et incertaine pour l'avenir du train dans notre beau pays de France.

Je créé ce sujet dans l'espoir que nous puissions en débattre calmement, dans la joie et la bonne humeur, et afin de vous exposer mon point de vue en tant que cheminot. Parce qu'au vu de toutes les conneries que je peux lire dans les médias, il y a de quoi s'affoler. Alors je voudrais ici rétablir la vérité.
C'est pourquoi je vous invite à me poser les questions qui vous taraudent sur la SNCF, je suis ouvert à tout et je n'ai rien à cacher.

Pour ma part je suis gréviste depuis le 22 Mars, premier jour de grève, et j'ai suivi autant que possible la grève dite "perlée" (2 jours tous les 3 jours).
Pourquoi? Parce que le gouvernement veut détruire une institution qui a fait la fierté de la France -et pourrait le faire de nouveau si on lui en donnait les moyens- et par-là cherche à détruire le dernier rempart social en France afin de mieux tirer tout le monde vers le bas. On nous impose aussi l'ouverture à la concurrence en justifiant aux gens que ça ne pourra qu'être bénéfique pour eux car cela fera baisser les prix et améliorera la qualité de service, sans leur parler des autres conséquences possibles. Et pour couronner le tout, on lance à l'encontre des cheminots d'odieuses campagnes de diffamation et on avance des arguments bidons pour nous faire passer pour les méchants de l'histoire dans l'esprit des gens.
Et moi ça me révolte.

Ce qui est paradoxal, c'est qu'en devenant cheminot je m'étais dit que jamais je ne me syndiquerait et que les grèves étaient parfois abusées. Alors oui, je trouve toujours que certains motifs ne justifient en rien une grève, et que les syndicats puissants (CGT et Sud-Rail) exagèrent car au lieu d'aller à la négociation ils filent direct par la case grève et on discute ensuite. Pour moi ça, ça ne peut pas fonctionner.
Mais de l'autre côté on a un gouvernement méprisant, complètement déconnecté de la réalité et qui enfume les gens pour mieux se remplir les poches sur leur dos. Alors forcément, face à cette attaque sans précédent, je me suis syndiqué, dans un petit syndicat non représentatif mais dont j'adhère avec la philosophie. Et je fais grève pour défendre mon entreprise, pour défendre le service public, pour défendre les intérêts des Français et des générations futures.

Voilà, alors depuis plusieurs mois que cette histoire est en cours, j'aimerais savoir quel est votre ressenti, que la grève vous nuise ou pas, si vous êtes pour ou contre l'action des cheminots, si vous êtes pour ou contre le projet de réforme proposé par le gouvernement, comment vous voyez l'avenir, etc... Et encore une fois, si vous avez des questions, n'hésitez pas.
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Sha're le Dim 10 Juin 2018 - 14:13

Je n'ai pas bien suivi l'affaire. Je ne prends pas le train ni mon entourage d'ailleurs (avant je le prenais).
J'aurais quand même des questions.^^ On prend l'exemple de l'Allemagne, que l'ouverture à la concurrence a été positif, est ce que c'est vrai ? Quelles sont les conséquences pour nous en France si ça arrivait ? Comment savoir si on ne va pas finir comme l'Angleterre ? Les quelques fois où j'ai pris le train là-bas j'avais été surprise qu'ils partaient pile à l'heure. Pourquoi ce n'est jamais le cas chez nous ?
J'ai lu aussi que la grève était très peu suivie, est ce le cas et si oui pourquoi ?

_________________
"Que le plaisir qu'elle procure éteigne mon corps et le feu de mon âme à tout jamais"


Mon site sur Jack Phillips : http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/
avatar
Sha're
Admin
Admin

Féminin
Age : 36
Messages : 13191
Inscrit le : 12/11/2006
Localisation : dans la station radio

http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Dim 10 Juin 2018 - 14:55

Effectivement on nous prend en exemple le cas de l'Allemagne, qui serait "soit-disant" le modèle parfait. Seulement tous les pays sont différents et l'ouverture à la concurrence a eu des effets très différents partout:
-En Italie par exemple, les prix ont fortement diminué. Mais les accidents sont devenus plus nombreux aussi.
-Au Royaume-Uni, qui expérimente ce système depuis près de 20 ans, après une petite chute des prix, les tarifs ont explosé, plus de 117% d'augmentation et pourtant les retards se sont multipliés, et cela n'empêche pas les grèves. Il y a eu aussi une dizaine d'accidents mortels dans les premiers temps car l'entreprise qui gérait le réseau avait été privatisée et ses coupes budgétaires pour la maintenance ont eu ces effets dramatiques. C'est pourquoi ils ont renationalisé cette entreprise et pourquoi les réseaux européens restent gérés par des entreprises publiques financées par l’État. Mais cela signifie que cette partie, la plus coûteuse, reste aux frais des États et les bénéfices ne vont qu'aux entreprises privées. Pire encore, les subventions versées à ces entreprises par les régions ont augmenté de 300% sur ces 20 ans, car elles réclament toujours plus pour continuer à assurer le service, surtout quand il n'est pas rentable. En conséquence de quoi les impôts aussi ont dû augmenter pour compenser... En bref, ils la payent très cher leur "concurrence". Et c'est bien pourquoi 60% des Britanniques sont favorables à une renationalisation complète du rail.
-Enfin, en Allemagne, pour l'ouverture à la concurrence, le gouvernement fédéral Allemand a dû racheter par 2 FOIS la dette complète de la DB, ce que le gouvernement Français se refuse à faire...
Et le service clientèle s'est amélioré, mais depuis les choses ne sont pas allées en s'arrangeant: des arrêts sont sans cesse supprimés à cause du manque de personnel dans les gares, les retards sont statistiquement plus élevés que ceux de la SNCF et le prix du billet au kilomètre est 2 fois plus élevé qu'en France. Enfin les accidents mortels sont aussi plus nombreux qu'avant (mais ça bien sûr il ne faut surtout pas en parler), et le pire du pire, beaucoup de lignes ont fermées, remplacées par des bus plus polluants que les trains. Le bus est même officiellement devenu le moyen de transport le plus utilisé par les Allemands, un comble pour un pays bien plus engagé écologiquement que le nôtre!

Donc les conséquences en France sont pour le moment imprévisibles. Mais inévitablement il y aura de très mauvaises conséquences.

Je ne peux pas te laisser dire que les trains ne partent jamais à l'heure en France. C'est totalement faux. Mais il est vrai qu'on a perdu cette notion d'avoir un train qui part à la seconde près, et actuellement la SNCF a lancé un grand programme national qui vise justement à retrouver ce sens perdu de la ponctualité.
Mais quand je suis en service, je fais tout pour que le train se mette en mouvement à la seconde près. Sauf que cela pose aussi des problèmes avec des voyageurs qui ne comprennent pas qu'il faut arriver avant et manquent leur train. Je ne me suis pas encore fait agresser mais j'ai déjà reçu des menaces...
Le problème du ferroviaire, c'est que c'est un outil extrêmement complexe et que les aléas possibles sont infinis. Et comme ce mode de transport existe depuis plusieurs siècles, toutes ces années riches d'expériences ont permis l'élaboration de procédures de sécurité très bien faites mais également très contraignantes.
Par exemple, avant chaque départ le conducteur doit faire un test de ses freins, au serrage et au desserrage. Si le moindre problème est constaté, le train ne part pas. C'est seulement une infime partie de ce qui peut nuire au départ à l'heure d'un train. En fait le gros problème de la SNCF c'est qu'elle ne communique pas avec ses usagers. On peut parfois penser qu'une excuse de retard affichée semble bidon alors qu'en fait il y a un vrai danger derrière, mais c'est seulement en entrant au chemin de fer qu'on apprend ça. Le client lambda n'est pas informé de ce qu'il peut se passer, et de pourquoi on va retarder son train.
Parfois je me demande s'il n'y a pas là une volonté délibérée de laisser l'entreprise se faire démolir. Mais il faut bien savoir que l'immense majorité des retards est dûe à diverses procédures de sécurité, aussi bien pour les usagers que pour le personnel. Alors oui on est bien conscient que c'est chiant, mais nous on ne s'amuse pas non plus, et justement c'est notre travail de faire en sorte que le problème soit résolu rapidement, parce que plus ça dure plus ça nous embête aussi. Mais si les gens étaient plus informés des risques pour leur sécurité, ils pardonneraient peut-être davantage à la SNCF.

Enfin pour répondre à ta question sur la grève, c'est compliqué.
D'une part, l'entreprise a un mal fou à calculer le nombre de grévistes, donc elle ne donne les chiffres que pour les 3 catégories de personnels qui doivent se déclarer grévistes 48h à l'avance: les conducteurs, contrôleurs et aiguilleurs. Mais elle ne tient pas compte des autres professions qui n'ont pas à se déclarer avant. Le taux est donc déjà faussé.
Après c'est sûr qu'une personne dans un bureau, qui n'impacte pas directement la production, n'a aucun intérêt à faire grève, elle perdrait juste de l'argent et ne ferait que reporter et accumuler le travail à faire. Donc ça réduit les stats. Et bien sûr il y a ceux qui ont des enfants et des crédits à rembourser et ne peuvent pas se permettre de trop faire la grève... Mais un référendum interne à l'entreprise a montré que 94% des cheminots interrogés sont contre le projet de réforme, ce qui en dit très long.
Je rajouterai même que l'entreprise triche dans les stats de trains qui roulent, car pour les TER elle inclus les autocars de remplacement dans les "trains". Tout est donc fait pour décourager les grévistes. D'ailleurs même nos cadres les plus proches ne font pas grève car on leur a fait comprendre que sinon ils pouvaient dire adieu à leur carrière. C'est illégal, mais ça fonctionne, les gens ont peur...
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Sha're le Dim 10 Juin 2018 - 15:18

C'est vrai qu'en Angleterre c'était cher et si en plus il y a des retards maintenant ça ne vaut pas le coup. Et on a donc rien à envier à l'Allemagne.
C'est un peu comme les autoroutes ? On continue à payer, les péages augmentent chaque année.

Je n'aurais dû parler que de mon expérience pour les retards de train. En effet si on nous expliquait les causes des retards, les passagers seraient beaucoup plus compréhensifs. Je me rappelle de la grève en 2010, sur la ligne Lyon-Toulon, on est arrivé avec 5h de retard. C'était éprouvant mais encore plus de ne pas comprendre ce qui se passait.

D'accord je comprends mieux pour le nombre de grévistes.

_________________
"Que le plaisir qu'elle procure éteigne mon corps et le feu de mon âme à tout jamais"


Mon site sur Jack Phillips : http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/
avatar
Sha're
Admin
Admin

Féminin
Age : 36
Messages : 13191
Inscrit le : 12/11/2006
Localisation : dans la station radio

http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Joris le Dim 10 Juin 2018 - 16:05

Comme je suis l'actualité régulièrement, j'ai suivi cette grève SNCF des cheminots et globalement depuis le début je soutiens leurs revendications et leur opposition au projet du gouvernement.
Je prends très rarement le train, donc là je n'ai pas eu à le prendre depuis le début de la grève, donc je ne suis pas directement gêné par cette grève. Peut-être que si je devais le prendre tous les jours pour me rendre au travail, mon discours serait différent car je comprends que ça peut être embêtant de devoir chaque fois vérifier qu'il y a bien un train à telle heure, prendre ses dispositions le cas échéant, etc. mais une grève sert justement à ça.

En fait dans cette réforme, même si je ne suis pas du tout concerné, ce que je trouve dommage c'est que les cheminots ne seront plus recrutés au statut. Je vois que tu n'en fais pas mention dans ton message, est-ce que pour toi la fin de ce statut ça n'est pas la proposition la plus gênante ou alors c'est parce que ça ne concernera que les nouveaux recrutés ?
J'avoue que comme moi j'ai aussi un statut, en l'occurrence celui de fonctionnaire en tant qu'enseignant, et qui permet notamment comme vous la sécurité de l'emploi, je n'aimerais pas qu'on le supprime, même si ce ne serait pas non plus rétroactif et que seuls les nouveaux seraient concernés.

Pour l'ouverture à la concurrence, j'avais aussi entendu que c'était plutôt une bonne chose dans certains pays, mais comme tu dis il peut y avoir des conséquences particulièrement négatives.
Je souhaite aussi que la SNCF reste publique, même s'il n'est pas question de la privatiser selon le gouvernement.

J'ai eu aussi l'impression qu'il y avait de moins en moins de grévistes tous les trois jours et que finalement depuis quelques semaines on entend plus personne se plaindre trop, on en parle moins aussi. Le gouvernement reste pourtant complétement muet aux revendications depuis le début de la grève et n'attend qu'une seule chose manifestement, que la grève cesse et qu'il puisse se déclarer vainqueur, même s'il y a eu des concertations entre lui et les syndicats.
C'est un peu comme les grandes manifestations qu'il y a eu le 5 ou le 26 mai, on a l'impression qu'il y avait du monde, même si les organisateurs et la préfecture avaient comme d'habitude des chiffres différents, mais dès le lendemain, on en parle plus, c'est terminé, et le gouvernement peut reprendre sa politique libérale du point de vue économique.
Début mai, certains disaient que mai 2018 allait ressembler à mai 68, comme on célébrait les 50 ans de ces événements, mais il n'en a rien été. J'ai l'impression que les grèves ne prennent plus, comme en 1995 par exemple où elles avaient permis qu'Alain Juppé retire une partie de son plan sur la Sécurité sociale. Comment se fait-il ? Les derniers sondages indiquent une proportion importante de Français pour cette réforme, contre les grèves et considérant que le gouvernement doit aller jusqu'au bout.
J'aurais deux questions : est-ce que les syndicats de l'entreprise ont envisagé un moment comme mode d'action de laisser par exemple passer les voyageurs gratuitement dans les trains, ne pas leur faire payer de billet, etc. ? Cela n'aurait gêné aucun usager, ils auraient tous soutenu de manière massive les grévistes, et cela aurait probablement incité la SNCF et le gouvernement a immédiatement agir. Je ne sais pas si ça aurait été une bonne chose, car il y aurait pu avoir de dérives, mais j'ai entendu dire que ça aurait pu être très grave pour les employés qui s'y seraient prêtés donc d'un côté je comprends que ce ne soit pas ce mode d'action là qui ait été retenu.
Et puis, est-ce que vous envisagez de poursuivre la grève cet été où elle s'arrêtera à la fin du mois comme prévu ? Le président de la SNCF Guillaume Pépy avait dit qu'il savait les cheminots responsables pour ne pas continuer cette grève pendant les grandes vacances, mais c'est un peu facile de leur faire porter cette responsabilité quand eux se battent pour leur métier.

Je ne dis pas en somme qu'il ne faut pas de réforme pour la SNCF, mais je pense que celle-ci doit être plus équilibrée, plus en faveur du personnel et des usagers, avec une sécurité assurée au maximum et des tarifs plus abordables entre autres.

Joris


Dernière édition par Joris le Dim 10 Juin 2018 - 19:18, édité 1 fois

_________________
Le Titanic coulait il y a cent six ans le 15 avril 1912. Une catastrophe maritime que rien
ne laissait prévoir et qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Une pensée pour toutes les victimes de cet événement tragique qui a eu lieu il y a un siècle
et n'oublions jamais... coeur

avatar
Joris


Masculin
Age : 26
Messages : 10694
Inscrit le : 23/02/2007
Localisation : Moselle (57)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Dim 10 Juin 2018 - 18:28

Voilà Nadine. Comme les autoroutes dont les péages devaient s'arrêter après la fin du remboursement de la construction. Les péages augmentent encore et toujours, et le gouvernement actuel si vous ne le saviez pas encore voudrait également installer des péages à l'entrée et à la sortie de chaque Route Nationale... Ainsi soit vous payerez pour vous déplacer rapidement, soit vous emprunterez les chemins secondaires, gratuits mais limités à 80 km/h...

Joris, je n'ai pas fait mention du statut parce que c'est très compliqué. Le gouvernement a beau dire que cela ne concernera que les nouveaux embauchés, je n'y crois pas.
Parce que cela concerne aussi une grande partie des collègues déjà embauchés: ceux qui travaillent pour SNCF Mobilités (donc les conducteurs, les vendeurs, et autres personnels en uniforme). En effet, lorsque la "concurrence" débarquera, il faudra en effet leur fournir du personnel directement sur un plateau, on ne va tout de même pas attendre qu'elles forment leur propre personnel... Donc on va leur transférer les salariés de la SNCF, contre leur gré. Alors la réforme prévoit ceci: soit ils acceptent sans condition de perdre leur statut et d'être transféré à la convention collective de la nouvelle entreprise, soit ils peuvent rester au statut chez SNCF mais avec le risque d'être muté à l'autre bout de la France, soit ils refusent les deux et cela équivaudra à une démission.
Les salariés comme moi de chez SNCF Réseau devraient être relativement protégés puisque nous ne pourront pas être transférés. Mais quand il n'y aura plus que les 50 000 salariés de Réseau au statut, la "force" et l'unité cheminote sera dissoute et il leur sera d'autant plus facile de justifier la fin du statut pour nous également.
Ce statut, trop largement fantasmé, ne contient en fait pas grand chose: juste l'impossibilité de nous licencier pour motif économique (ce qu'on appelle la sécurité de l'emploi) ainsi que quelques dispositions sur les conditions de travail qui font en sorte qu'un salarié ne pourra pas être surexploité et ne peut pas travailler trop d'heures d'affilée afin d'éviter une baisse de vigilance qui nuirait à la sécurité.
Ces dispositions voleront en éclat et provoqueront une baisse majeure du niveau de sécurité, et c'est pour cela que les cheminots manifestent, pas pour garder de quelconques avantages. C'est par sens du devoir et parce qu'on connaît les limites de nos métiers, et pour protéger les travailleurs des générations qui nous succèderont.
enfin, on nous fait comprendre dans les médias que le statut des cheminots plombe la dette et coûte cher. Alors il faudra m'expliquer pourquoi les cheminots sont passés de 240 000 à moins de 130 000 en 15 ans mais que la dette a explosé dans le même temps.

Pour le moment il n'est en effet pas question de privatiser la SNCF. Néanmoins on peut se rappeler des exemples de France Télécom et surtout d'EDF, aujourd'hui Engie, dont les tarifs augmentent en permanence... Et dont la privatisation est survenue 10 ans après qu'on ait "promis" que ça n'arriverait pas... Voilà pourquoi j'ai peur pour l'avenir...
D'ailleurs vous aurez noté que j'ai mis le mot concurrence entre guillemets. C'est parce qu'on ne peut pas parler de concurrence à proprement parler. La concurrence c'est quand un 2è boulanger s'installe dans votre rue alors qu'il y en a déjà un. A l'instant T vous pouvez aller chercher votre croissant soit chez l'un soit chez l'autre. Et ça fonctionne aussi pour les forfaits de téléphone ou les fournisseurs d'électricité. Mais pour les trains? Vous ne pouvez pas avoir au même moment 2 trains qui partent en même temps du même endroit pour la même destination sur la même voie. C'est physiquement impossible. Alors quoi on va construire une voie par compagnie? Je ne crois pas.
Voyez, on vous ment. En fait cela se fera comme ailleurs, la région attribuera le contrat à l'entreprise qui promettra d'assurer le service au moindre coût... Et ces économies seront comme d'habitude réalisées sur les conditions de travail des salariés puisque le coût du billet est fixé par chaque région, donc c'est intouchable.
Il faudra donc qu'on m'explique en quoi il s'agit d'une concurrence. Et comment ils vont faire mieux. Parce que ce n'est pas l'arrivée de différentes compagnies sur le Réseau qui va empêcher les gens de se suicider sous les trains, empêcher les arbres de tomber sur les voies, etc... Les problèmes seront les mêmes, mais les gens y perdront en service client (si votre train de la compagnie A est bloqué derrière un train de la compagnie B qui a un problème, vous croyez que la compagnie A va vous dédommager? Elle dira aller voir chez B, c'est eux qui nous ont bloqué. Et B vous dira, mais vous n'avez pas acheté de billet chez nous!)

De toute façon, une fois le statut des cheminots tombé, le gouvernement fera tomber celui des fonctionnaires, puis celui des artistes, etc... Un par un ils tomberont tous pour préparer le chemin de la réforme des retraites et ainsi unifier tout le monde peu importe les différences des métiers. Mais pour tirer vers le bas, car comme chacun le sait, ce sont les travailleurs en bas de la chaîne qui coûtent cher, pas les patrons...
Et si la France n'a pas connu un deuxième Mai 68, c'est parce que depuis la société c'est énormément individualisée. Le Français passe son temps à loucher dans l'assiette du voisin et si le voisin a mieux, on le démoli parce que c'est inacceptable plutôt que de chercher à se battre pour avoir autant. Les étudiants eux-mêmes sont davantage du genre à cracher sur ces qui bloquent les universités, au prétexte que ça fait perdre du temps et que ça repousse les examens. Parce qu'ils ne voient même pas les enjeux derrière la réforme de l'éducation.
Toutes les professions sont menacées, mais chacune n'est prête qu'à défendre ses propres intérêts, pas ceux des autres, et aucune unité syndicale n'est là pour encourager une convergence des luttes.

Là où je te rejoins Joris, c'est qu'il FAUT une réforme de la SNCF. Les cheminots sont les premiers à le dire, à pointer du doigt ce qui ne va pas. On a même fait des propositions au gouvernement. Mais celui-ci a refusé d'entendre quoi que ce soit.
Ce qui me fait rire c'est leur hypocrisie permanente. Monsieur Macron a dans une interview récente affirmé que la SNCF fonctionne mal parce que tout est séparé. Mais c'est le gouvernement en 1997 qui a décidé de tout séparer, contre l'avis des cheminots. Et maintenant on nous met tout sur le dos?? De plus il existe une solution: tout réunifier, comme le veulent les cheminots. Mais que fait Macron? Il éclate le tout encore plus! Logique n'est-ce pas?
Quand on voit qu'en cas de retard, 2 agents dans le même bureaux ont deux outils différents qui donnent des informations contraires, forcément ça ne peut pas fonctionner. Mais plutôt que de raisonner logiquement on préfère tout privatiser parce l'Union Européenne a dit qu'il fallait. Plus aucune souveraineté nationale. On est dans les États-Unis d'Europe et le Président n'est au plus qu'un gouverneur...

Je vais maintenant répondre à tes 2 questions. La première est bonne, et je l'ai entendu souvent. Pourquoi ne pas faire voyager les gens gratuitement? C'est sûr que ce serait tout bénéf, pas de pénalisation, les gens à 1000% derrière nous en espérant que la grève sera longue, et les patrons encore plus emmerdés par les pertes massives d'argent.
Eh bien tout simplement parce que c'est illégal. Les patrons ne sont pas fous, ils savent bien que l'autoriser ce serait se couler. Du coup ils ont déclaré que c'était illégal. Les agents qui s'y sont essayé en 95 ont été traînés en justice. Ils ont justifié ça en disant que les titres de transports servent également d'assurance aux voyageurs en cas d'accident pour être remboursés pour les dommages subis. Donc impossible de faire grève comme ça. Donc on ne nous laisse pas le choix que de pénaliser les usagers, même si ça ne nous fait pas davantage plaisir.
Pour ta dernière question, il est encore trop tôt pour le dire, mais les discussions commencent à s'engager si ça vaut le coup de prolonger la grève au-delà du mois de Juin. On parle aussi beaucoup d'arrêter de respecter le calendrier de la grève perlée et de faire des jours comme cela au hasard, en concertation de dernière minute...

Pour conclure, comme je disais, il faut une réforme, mais une réforme intelligente, pas juste tout casser. Quant à la sécurité, elle est déjà quasiment au maximum des possibilités, on est d'ailleurs le meilleur réseau d'Europe sur le sujet...
Par contre au niveau des tarifs, quand tu compares avec les autres chemins de fer en Europe, on est pas très chers. En particulier niveau TER où vous ne payez en moyenne que 25% du prix du trajet, le reste étant financé par la Région sous forme de subvention.
Cela dit au niveau des grandes lignes on a un système débile, calqué sur l'aviation, qui augmente au fur et à mesure que la date du train approche et que les places se remplissent. Mais c'est le système que vont adopter toutes les compagnies à l'avenir... Alors qu'aux débuts de la SNCF, on avait un système de prix au kilomètre qui décroissait plus il y a avait de distance parcourue...
Mais voilà, la sacro sainte rentabilité, devise du Capitalisme fera que le fric passera toujours au premier plan au détriment de l'humain.
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Joris le Dim 10 Juin 2018 - 21:21

Je comprends mieux pour le statut. Je n'ai jamais cru effectivement que les statuts donnaient des avantages abusés à ceux qui en bénéficient, bien au contraire oui

Pour la privatisation, c'est sûr qu'on est pas certain que ça n'arrivera pas dans un futur plus ou moins proche mais il faut espérer que ça reste un service public. D'ailleurs on parle des services publics et de la SNCF dans Capital sur M6 ce soir.

Colargol a écrit:De toute façon, une fois le statut des cheminots tombé, le gouvernement fera tomber celui des fonctionnaires, puis celui des artistes, etc... Un par un ils tomberont tous pour préparer le chemin de la réforme des retraites et ainsi unifier tout le monde peu importe les différences des métiers. Mais pour tirer vers le bas, car comme chacun le sait, ce sont les travailleurs en bas de la chaîne qui coûtent cher, pas les patrons...
Et si la France n'a pas connu un deuxième Mai 68, c'est parce que depuis la société c'est énormément individualisée. Le Français passe son temps à loucher dans l'assiette du voisin et si le voisin a mieux, on le démoli parce que c'est inacceptable plutôt que de chercher à se battre pour avoir autant. Les étudiants eux-mêmes sont davantage du genre à cracher sur ces qui bloquent les universités, au prétexte que ça fait perdre du temps et que ça repousse les examens. Parce qu'ils ne voient même pas les enjeux derrière la réforme de l'éducation.
Toutes les professions sont menacées, mais chacune n'est prête qu'à défendre ses propres intérêts, pas ceux des autres, et aucune unité syndicale n'est là pour encourager une convergence des luttes.

Si le gouvernement venait à toucher au statut des fonctionnaires, ce serait un véritable scandale et je pense qu'on serait des millions dans la rue. J'ai fait grève le 22 mai dernier, certes un peu obligé car mon école était fermée, pour lutter contre les fermetures de classes, les suppressions de postes annoncées, et le gel du point d'indice depuis des années.
Ce n'est pas d'actualité heureusement car le gouvernement a précisé qu'il ne toucherait pas au statut des fonctionnaires, il faut que ça continue oui

Concernant les étudiants, j'avoue que ça m'aurait bien gêné si j'avais été empêché de passer des examens quand j'étais à la Fac il y a quelques années. Mais je comprends les revendications.

Colargol a écrit:Je vais maintenant répondre à tes 2 questions. La première est bonne, et je l'ai entendu souvent. Pourquoi ne pas faire voyager les gens gratuitement? C'est sûr que ce serait tout bénéf, pas de pénalisation, les gens à 1000% derrière nous en espérant que la grève sera longue, et les patrons encore plus emmerdés par les pertes massives d'argent.
Eh bien tout simplement parce que c'est illégal. Les patrons ne sont pas fous, ils savent bien que l'autoriser ce serait se couler. Du coup ils ont déclaré que c'était illégal. Les agents qui s'y sont essayé en 95 ont été traînés en justice. Ils ont justifié ça en disant que les titres de transports servent également d'assurance aux voyageurs en cas d'accident pour être remboursés pour les dommages subis. Donc impossible de faire grève comme ça. Donc on ne nous laisse pas le choix que de pénaliser les usagers, même si ça ne nous fait pas davantage plaisir.
Pour ta dernière question, il est encore trop tôt pour le dire, mais les discussions commencent à s'engager si ça vaut le coup de prolonger la grève au-delà du mois de Juin. On parle aussi beaucoup d'arrêter de respecter le calendrier de la grève perlée et de faire des jours comme cela au hasard, en concertation de dernière minute...

Oui c'est ce que je me disais, c'est impossible.
Je ne savais pas que la fin de la grève perlée et la mise en place des jours de grève un peu improvisés étaient envisagés.

Comme tu disais, c'est normal que tout le monde ne peut pas faire grève, car tout le monde n'a pas les moyens de la faire, et surtout tous les trois jours, mais je pense qu'il y en a qui doivent la faire une fois toutes les deux semaines par exemple.

Colargol a écrit:Pour conclure, comme je disais, il faut une réforme, mais une réforme intelligente, pas juste tout casser. Quant à la sécurité, elle est déjà quasiment au maximum des possibilités, on est d'ailleurs le meilleur réseau d'Europe sur le sujet...
Par contre au niveau des tarifs, quand tu compares avec les autres chemins de fer en Europe, on est pas très chers. En particulier niveau TER où vous ne payez en moyenne que 25% du prix du trajet, le reste étant financé par la Région sous forme de subvention.
Cela dit au niveau des grandes lignes on a un système débile, calqué sur l'aviation, qui augmente au fur et à mesure que la date du train approche et que les places se remplissent. Mais c'est le système que vont adopter toutes les compagnies à l'avenir... Alors qu'aux débuts de la SNCF, on avait un système de prix au kilomètre qui décroissait plus il y a avait de distance parcourue...

Pour les tarifs, je pensais surtout au fait que quand je vais à Paris, je trouve le billet du TGV aller-retour très cher. Mais c'est aussi parce que généralement je l'achète peu de temps avant la date du séjour.
Quand j'allais à la Fac, je prenais le bus pour m'y rendre, mais ça m'arrivait parfois de prendre le train, notamment lorsqu'on quittait tard et qu'il n'y avait plus de bus. Et bien en 4 ans j'ai vu une augmentation assez importante des tarifs du trajet Metz-Thionville. Je crois que de 2 € 30 en 2010 il est passé à plus de 4 € en 2013-2014.
Après, c'est effectivement sûrement moins cher qu'ailleurs en Europe.
Sinon, à part certains trains parfois en retard, je n'ai jamais eu à me plaindre de la SNCF.

Il faut espérer que vous obteniez satisfaction pour que la SNCF soit la plus performante possible et reste une entreprise publique française de premier plan.
Avoir ton point de vue de cheminot est intéressant. Ma tante travaillait à la SNCF, elle était notamment chargé de comptabiliser les trajets des conducteurs et faire leur fiche de paie en conséquence, elle a pris sa retraite il y a quelques mois, et elle pense à peu près pareil.

On avait parlé de la grève de 2014 ici. Comme à l'époque, j'espère que les candidats au Bac, qui commence lundi prochain je crois, ainsi que pour les autres examens, ne seront pas trop pénalisés.

Joris

_________________
Le Titanic coulait il y a cent six ans le 15 avril 1912. Une catastrophe maritime que rien
ne laissait prévoir et qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Une pensée pour toutes les victimes de cet événement tragique qui a eu lieu il y a un siècle
et n'oublions jamais... coeur

avatar
Joris


Masculin
Age : 26
Messages : 10694
Inscrit le : 23/02/2007
Localisation : Moselle (57)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Lun 11 Juin 2018 - 15:49

Je n'ai pas vu le reportage de Capital, mais d'après mes collègue il était encore mené à charge (ah la fameuse impartialité des journalistes) et truffé de bêtises. Non la France n'est pas le 7è pays niveau sécurité, nous sommes le premier, loin devant nos voisins privatisés...

Malheureusement Joris je ne crois pas que les gens se lèvent plus pour les fonctionnaires que pour les cheminots. Vous aussi les enseignants on vous fait passer pour des privilégiés de la société qui ont de longues vacances et n'ont pas beaucoup d'heures de cours. Alors que la vérité est que personne ne songe aux nombreuses heures passées à la maison pour la préparation des cours, la pression face à des classes de 30 à 40 élèves survoltés qui pensent qu'à rire et regarder les dernières vidéos de Youtube sur leurs smartphones plutôt que de suivre le cours, le prix des vacances qui de fait ne tombent qu'en haute saison, etc...
Mais je suis pour ma part sûr que les fonctionnaires vont y passer pas tard, tout comme Macron veut encore réduire le nombre d'infirmières alors que nous savons tous que les personnels médicaux sont déjà en sous-effectif.
Et LREM vient d'annoncer qu'ils allaient s'attaquer au statut des députés de l'Assemblée (ce qui pour une fois ne serait pas une mauvaise chose), et c'est là qu'on constate bien le mode de fonctionnement de la société puisque ces mêmes députés (dont les 3/4 étaient absents au vote) viennent d'enterrer le statut cheminot mais menacent de faire grave si on s'attaque au leur...

Pour en revenir à la grève, en fait il y a 2 préavis en même temps:
-1 préavis "perlé" déposé par la CGT
-1 préavis "continu" déposé par Sud-Rail et valable jusque fin Décembre
La grosse majorité des salariés s'est placée d'office sur le préavis perlé car c'était alors un mode inédit. Mais cela a laissé à l'entreprise le temps de s'organiser en conséquence. C'est pourquoi nous sommes désormais nombreux à penser à nous positionner sur le second préavis pour faire grève les jours non couverts par la perlée. Là ça les déboussolerait complètement.

Enfin pour revenir sur les tarifs, depuis le 1er Septembre 2017 ce sont les Régions qui fixent les tarifs (d'où l'augmentation en Lorraine lors de la fusion en Grand Est car la Lorraine bénéficiait de gros tarifs sociaux, à l'inverse en Alsace les tarifs ont baissé lors de l'uniformisation car la région était plus riche et avait moins besoin de financer des tarifs sociaux).
Je suis d'accord avec toi sur le fait que les TGV sont très cher, comme je le disais, le système calqué sur l'aviation n'est pas du tout adapté, car les gens ne planifient pas autant à l'avance un voyage en train qu'un voyage en avion. Donc forcément les gens trouvent ça cher en s'y prenant quelques semaines avant (alors que les tarifs 3 mois avant sont très abordables). Il ne faut en revanche pas oublier que les TGV sont des trains bourrés de technologies, et nécessitent des voies spécifiques avec des équipements spécifiques et des détecteurs de danger (chutes de rocher ou de véhicules, séisme, etc...) qui au moindre problème provoquent un arrêt d'urgence de tous les trains par mesure de sécurité. Forcément, de tels équipements coûtent bien plus cher qu'une ligne classique.

Il y a enfin une aberration économique dénoncée par les cheminots qui fait grimper les dépenses de la SNCF... Le recours systématique à la sous-traitance. D'autant plus stupide que les chemin ont le savoir-faire pour réaliser eux-mêmes les travaux, mais on nous impose le recours a des entreprises privées, en reléguant les cheminots à la simple supervision de travaux. C'est ainsi que la nouvelle LGV Paris-Bordeaux a été entièrement construite par le groupe Vinci, qui en est propriétaire et a une convention avec SNCF qui impose un nombre minimum de trains par jour, (un nombre qui fait perdre de l'argent à SNCF car ces trains sont loin d'être pleins et sont donc déficitaires). C'est ainsi aussi que l'été dernier la gare de Montparnasse a subi 3 dysfonctionnements majeurs, parce que l'entreprise privée responsable n'avait pas refait les branchements corrects avant remise en service. Mais tous ces prestataires privés sont à l'abri puisque c'est la SNCF qui en prend pour son image, pas eux. Pratique quand même la SNCF, comme bouclier médiatique. Et le gouvernement s'en sert aussi pour masquer ses erreurs de politiques (le tout TGV au détriment des lignes régionales notamment).
D'ailleurs si vous ne le saviez pas, la Ministre des Transports Élisabeth Borne a été Directrice de la Stratégie SNCF pendant plusieurs années. Et c'est aujourd'hui la même qui assure que la SNCF a été mal gérée pendant trop longtemps... Notez là encore la cohérence et la prise de responsabilités...

Nous cheminots ne demandons qu'une seule chose: la réunification totale des différentes entités de la SNCF en une seule entreprise publique et ayant le monopole. Les cheminots seraient prêts à faire davantage encore d'efforts financiers, mais pas au détriment des conditions de travail qui assurent une sécurité optimale dans un domaine extrêmement dangereux.
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Mar 12 Juin 2018 - 11:58

Je fais juste un petit doublon pour rajouter que j'ai regardé en replay ce fameux reportage.

Et je réitère que c'est truffé d'erreurs, sans doute voulues.
Tout d'abord, niveau sécurité et qualité de service, le Boston Consulting Group a classé la SNCF 3è meilleur pays européen, derrière la Suède et le Danemark. Nous ne sommes donc ni derrière les Britanniques, ni derrière les Allemands.
J'aime bien ce gouvernement qui veut faire la chasse aux fake news mais est le premier à les employer massivement quand ça peut servir sa politique...

Enfin, chez nous aussi les agents de conduite font des journées de 11h, entrecoupées de pauses. La différence est qu'ils n'ont que 9h maximum de conduite effective, car c'est 9h durant lesquelles ils faut être au top de sa forme, et en vigilance constante, regarder les signaux et savoir ce que chacun signifie car ce n'est pas comme sur la route ou on est limité au vert, jaune et rouge, à la SNCF on a aussi du blanc et du violet, parfois ça clignote, parfois ça ne veut pas dire la même chose selon que 2 feux allumés soit horizontaux ou verticaux, bref il faut savoir interpréter assez vite. Il faut aussi savoir gérer la masse de son train en fonction des déclivités, être prêt à engager un freinage d'urgence si au loin on repère une personne voulant se suicider par exemple, ou bien un problème sur la voie.
Et bien sûr pendant tout ce temps il faut gérer certains systèmes de sécurité comme la veille automatique, le nom officiel de la "pédale de l'homme mort", un système qui vérifie en permanence que le conducteur est toujours vivant et alerte par le biais d'une pédale appuyée d'une grosse sonnerie si elle n'est pas appuyée ou reste appuyée trop longtemps. Et bien sûr le système de contrôle de la vitesse qui déclenchera un arrêt d'urgence si la vitesse dépasse de quelques kilomètres à l'heure la vitesse limite de la ligne...d'où bien gérer la force de son freinage dans les déclivités et de bien connaître la ligne pour commencer le freinage suffisamment tôt.
C'est un travail fatiguant mentalement même s'il ne l'est pas physiquement comme ça l'était à une époque.
Et bien sûr nos conducteurs ont également une formation pour savoir dépanner certaines défaillances techniques de leur train, à l'instar de ces agents de maintenance allemands qu'on emploie pour remplacer des conducteurs au pied levé.
D'ailleurs ce que le reportage de Capital ne vous dit pas, c'est que cette fameuse ligne qu'ils vous montrent exploitée par Transdev ne fait que 22 km de long avec une vitesse maximale de 60 km/h. On est bien loin de la formation SNCF où les conducteurs doivent connaître par coeur des centaines de kilomètres de lignes avec des vitesses maximales de 160...

Et les contrôleurs aussi ont un tas de missions comme là aussi la vérification des feux rouges du train (même si cette mission est règlementairement parlant dévolue à TOUT le personnel sans exception, en service ou non d'ailleurs), la propreté du matériel, la sécurité des voyageurs notamment au niveau des portes, etc...
On vous montre ce qu'on veut bien vous montrer.

Enfin, oui bien sûr nous pourrions nous-même nettoyer nos trains, les laver, etc...
Mais si nous le faisons, cela signifie que ce ne n'est pas quelqu'un d'autre qui le fera. Ne serait-ce pas là une tactique pour ne pas maintenir des emplois? Ah mais on s'en fiche de laisser des gens au chômage, si on peut économiser du fric...
Le fric, toujours le fric.
La privatisation est-elle miraculeuse? Il suffit de regarder autour de soi.
EDF? Mmmm les prix de l'électricité augmentent tout le temps et tout est sous-traité.
L'eau? Le réseau est vieillissant et les prix augmentent quand même.
La Poste? Les emplois sont très précaires, on ne paye plus les heures supp, on vous fait payer par exemple pour que le facteur s'occupe 10 minutes des personnes âgées seules alors que du temps du service public les facteurs s'arrêtaient d'office pour discuter (gratuitement), le timbre ne cesse d'augmenter et votre courrier n'arrive pas plus vite pour autant...

Alors on se réveille quand?
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Joris le Mar 12 Juin 2018 - 17:37

Je n'ai pas vu ce reportage, enfin juste un extrait, car je regardais le documentaire sur la victoire de 1998 sur TF1. J'ai lu qu'aujourd'hui des cheminots avaient tenté d'envahir le siège d'M6 suite à la diffusion de ce reportage.

Colargol a écrit:Malheureusement Joris je ne crois pas que les gens se lèvent plus pour les fonctionnaires que pour les cheminots. Vous aussi les enseignants on vous fait passer pour des privilégiés de la société qui ont de longues vacances et n'ont pas beaucoup d'heures de cours. Alors que la vérité est que personne ne songe aux nombreuses heures passées à la maison pour la préparation des cours, la pression face à des classes de 30 à 40 élèves survoltés qui pensent qu'à rire et regarder les dernières vidéos de Youtube sur leurs smartphones plutôt que de suivre le cours, le prix des vacances qui de fait ne tombent qu'en haute saison, etc...
Mais je suis pour ma part sûr que les fonctionnaires vont y passer pas tard, tout comme Macron veut encore réduire le nombre d'infirmières alors que nous savons tous que les personnels médicaux sont déjà en sous-effectif.
Et LREM vient d'annoncer qu'ils allaient s'attaquer au statut des députés de l'Assemblée (ce qui pour une fois ne serait pas une mauvaise chose), et c'est là qu'on constate bien le mode de fonctionnement de la société puisque ces mêmes députés (dont les 3/4 étaient absents au vote) viennent d'enterrer le statut cheminot mais menacent de faire grave si on s'attaque au leur...

C'est vrai que beaucoup de personnes ont des opinions erronées sur les enseignants et leur temps de travail. Comme tu dis, en plus du temps devant la classe, on prépare, on corrige chaque soir, pendant les week-ends et pendant les vacances, on participe aux réunions, etc. donc on fait bien plus d'heure que ce que les gens pensent. D'autant plus que nous sommes les enseignants les moins bien payés d'Europe.
À ceux qui nous envient nos vacances, je leur dit ben rien vous empêche de passer un Master et passer le concours et vous verrez ce que vous direz après.
En revanche, j'ai toujours des gens qui disent "vous avez du courage de vous occuper de 25 gamins".

Je ne me plains pas, je suis content de faire ce métier, mais il est évidemment que la perte du statut de fonctionnaire par exemple serait une régression. Je pense que cela devrait entrainer la fin des concours puisque c'est le concours qui permet ce statut. Sinon, les enseignants vont être recrutés comme en Belgique par exemple, une fois que t'as ton diplôme tu postules dans les écoles où il y a de la place. Ça me parait donc compliqué à mettre en place et c'est ce qui me fait dire que le gouvernement ne touchera pas au statut des fonctionnaires.

Et puis, concernant la réforme de la SCNF, qu'on soit pour ou contre, je crois qu'Emmanuel Macron l'avait prévu dans son programme électoral en 2017, ce qui n'est pas le cas pour une réforme d'une telle ampleur par rapport aux fonctionnaires, et notamment aux fonctionnaires d'État.

Si jamais la réforme passe, je crois qu'elle est déjà passée une fois à l'Assemblée et au Sénat, malgré les grèves qui continuent, qu'est-ce que vous comptez faire ?
Depuis 2006 et le CPE plus aucun gouvernement a retiré un texte sous la pression de la rue. Ça ne risque pas d'être pareil avec ce texte ? J'ai bien peur que comme par exemple la réforme des retraites de 2010 ou la Loi Travail El Khomri, où les manifs étaient nombreuses, ce soit voté et que plus personne n'en parle.

Joris


Dernière édition par Joris le Mer 13 Juin 2018 - 21:21, édité 1 fois

_________________
Le Titanic coulait il y a cent six ans le 15 avril 1912. Une catastrophe maritime que rien
ne laissait prévoir et qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Une pensée pour toutes les victimes de cet événement tragique qui a eu lieu il y a un siècle
et n'oublions jamais... coeur

avatar
Joris


Masculin
Age : 26
Messages : 10694
Inscrit le : 23/02/2007
Localisation : Moselle (57)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Mer 13 Juin 2018 - 0:19

Oui j'ai lu aussi à ma grande surprise qu'une centaine de cheminots avaient tenté d'envahir le siège de M6. Honnêtement je les comprends, on est de plus en plus en colère contre les médias qui ne font pas leur job jusqu'au bout.
Ce matin j'ai vu un journaliste qui s'insurgeait contre un communiqué de l'Elysée qui réfutait l'idée que les comptes de campagne de Macron soient truqués et qui avait justement dit que les journalistes n'allaient pas au bout de leurs enquêtes... Alors je ne dis pas qu'il n'a pas truqué ses comptes, ce sont tous des pourris, mais si les journalistes font avec lui comme ils font avec nous... C'est pas sérieux.
Bon après je me serais contenté d'une lettre publique de "droit de réponse" à M6, je n'aurais pas été jusqu'à les envahir...
Mais je rappelle également que les journalistes ont un statut particulier, qui date de l'après seconde guerre mondiale, et qui leur donne notamment droit à un abattement fiscal de 7000 euros par an, sans compter les musées gratuits et autres réductions.
Attention je ne critique en rien leur statut. Mais ce sont les premiers à cracher sur nous en disant que nous n'avons plus lieu d'être avec notre statut dépassé (qui cela dit évolue chaque année contrairement au leur). Mais personne ne leur a encore remis en face qu'à ce moment-là ils sont dans le même cas de figure... On nous répondrait encore que la presse passe avant tout. Et je pense d'ailleurs qu'ils seront les derniers à voir leur statut tomber, le gouvernement a trop besoin d'eux pour détruire les autres régimes spéciaux avant...

Tu sais Joris, le gouvernement ne recule devant rien, compliqué ou pas. Actuellement, la nouvelle convention collective est "en cours de négociation" pour les cheminots. Mais rien n'est encore fait parce qu'en haut lieu ils en sont encore au stade de faire des réunions pour planifier les prochaines réunions et quel traiteur s'occupera des petits-fours... Mais ça ne dérange nullement le gouvernement qui continue dans sa volonté de faire tomber notre statut, quitte à ce qu'il n'y ait rien de prêt derrière.

Moi ce qui m'inquiète, outre la chute drastique du niveau de sécurité, c'est la formation des futurs embauchés. Actuellement on le voit déjà avec le Fret, puisque ce secteur a déjà été ouvert à la concurrence. Des conducteurs privés qui postulent chez SNCF, on en croise pas mal... Bah pour le faible nombre qui se fait embaucher, la SNCF est obligée de les reformer quasiment en entier tellement leur niveau est faible par rapport aux exigences de l'entreprise... A se demander comment il n'y a pas plus d'accidents...
Alors dans le futur ça va donner quoi? Parce que les métiers de sécurité comme le mien sont soumis à des tests particulièrement poussés et une formation d'un an, très complexe.
Chaque fois, comme toi Joris, je dis aux gens, si c'est bien que ça d'être cheminot, venez passer les tests, on recrute et on manque de personnel. A chaque fois la réponse est la même: ouais vos tests c'est trop facile de toute façon, mais je veux pas devenir un fainéant.
Comme toujours, les gens critiquent sans rien savoir de nos responsabilités et de la difficulté de nos métiers. Mais moi je n'ai encore jamais entendu quelqu'un me féliciter pour mon sang-froid d'avoir des vies entre les mains, de risquer la prison pour chaque erreur commise. Je ne me plains pas, mais je déplore le manque de réflexion des gens.

D'autre part non, Macron n'avait pas parlé de la SNCF dans son programme me semble t-il. C'est venu comme une surprise. Mais de mon côté je reste persuadé que sa prochaine croisade sera contre les fonctionnaires, qu'ils soient de police, de l'éducation, du médical ou des administrations fiscales... On verra comment ça se passera.

La réforme a été adoptée par l'Assemblée, le Sénat y a apporté quelques amendements, et dès demain une commission paritaire mixte se réunit pour finaliser le texte qui sera appliqué.
Dans tous les cas, les cheminots sont toujours très en colère et réclament toujours le retrait pur et simple du texte. Une réforme OUI, mais pas celle-là, pas comme ça.
Donc pour le moment je ne sais pas ce qui va se passer. Il faut déjà voir si ça fait bouger la commission ou pas (j'en doute fort). Mais nous sommes prêts à continuer la grève. Je me battrai jusqu'au bout pour mes convictions qu'on va dans le mauvais sens et peu importe ce qu'en disent les Français.
Mais bon vu que la suite va se dérouler en pleines vacances et que tout le monde sera davantage occupé par la Coupe du monde de Football en Russie que par ce qu'il se passe ici, je suis sûr que tout passera sous le tapis et que, comme à leurs habitudes, les autorités en place passeront tout un tas de petites lois bien mesquines dans l'ombre pendant que personne ne s'y intéresse. Si seulement on avait l'Euro de foot cet été au lieu de l'année dernière... Si on bloquait tout les gens seraient tellement excédés qu'ils ordonneraient au gouvernement de faire marche arrière pour avoir leurs trains pour aller voir les matchs...
Il reste toujours la possibilité de faire des grèves "coup de poing" sur les grandes dates de départs en vacances, histoire de faire réagir. Mais on passerait encore pour les vilains méchants qui ne font qu'embêter le monde au lieu de retourner bosser. Le truc c'est que les gens sont devenus des moutons et suivent bêtement le berger qu'on leur fait passer pour "légitimement élu".
Mais quand le berger viendra les tondre eux aussi, faudra pas qu'ils s'étonnent...
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Joris le Mer 13 Juin 2018 - 21:43

Je pense néanmoins que le gouvernement essayera de ne pas trop déstabiliser la majorité LREM en touchant à tout, en faisant des réformes de tout, et en supprimant par exemple d'autres statuts. De plus, s'il fait ça, les corps éventuellement touchés le sanctionnerait assez durement je crois lors des élections qui viendront, et notamment évidemment les présidentielles et législatives de 2022. On est encore loin de là.

J'espère que votre formation continuera à être efficace car la sécurité est une absolue priorité, comme tu le dis. Est-ce que toi tu as été satisfait de la tienne ? Et j'espère aussi en l'occurrence que votre métier sera davantage reconnu.

Oui c'est vrai qu'E. Macron n'avait pas trop parlé en réalité d'une réforme de la SNCF durant la campagne, contrairement à un loi Travail par ordonnance. Il l'avait juste effleuré brièvement mais sans donner plus de détails.

Colargol a écrit:Mais bon vu que la suite va se dérouler en pleines vacances et que tout le monde sera davantage occupé par la Coupe du monde de Football en Russie que par ce qu'il se passe ici, je suis sûr que tout passera sous le tapis et que, comme à leurs habitudes, les autorités en place passeront tout un tas de petites lois bien mesquines dans l'ombre pendant que personne ne s'y intéresse. Si seulement on avait l'Euro de foot cet été au lieu de l'année dernière... Si on bloquait tout les gens seraient tellement excédés qu'ils ordonneraient au gouvernement de faire marche arrière pour avoir leurs trains pour aller voir les matchs..

Avant l'Euro 2016, juste après les manifs sur la loi El-Khomri, certains menaçaient de poursuivre les grèves pendant la compétition afin de perturber celle-ci au maximum. Ça n'a pas été le cas, et pour ma part je pense qu'il en est mieux ainsi car ça aurait donné une image épouvantable de notre pays.
Je crois aussi qu'au moment où on candidate pour accueillir de tels événements, les présidents des comités de candidature s'arrangent avec les syndicats pour qu'ils s'engagent à ne pas faire grève pendant la période où la compétition se déroulera. En tout cas je sais que ça avait été le cas en 2005 pour la candidature malheureuse de Paris 2012 et ça a été le cas en 2017 pour la candidature de Paris 2024 qui cette fois a été un succès ; les syndicats ont en effet signé une charte où ils s'engagent à ne prévoir aucune grève et aucune manifestation pendant la période des Jeux olympiques et paralympiques de Paris à l'été 2024, quelque soit le gouvernement en place à ce moment là, ou les réformes en cours. Je pense que c'est plus sage ainsi.

Joris

_________________
Le Titanic coulait il y a cent six ans le 15 avril 1912. Une catastrophe maritime que rien
ne laissait prévoir et qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Une pensée pour toutes les victimes de cet événement tragique qui a eu lieu il y a un siècle
et n'oublions jamais... coeur

avatar
Joris


Masculin
Age : 26
Messages : 10694
Inscrit le : 23/02/2007
Localisation : Moselle (57)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Jeu 14 Juin 2018 - 0:12

Pardonne-moi Joris mais ton point de vue me semble assez naïf. Rien ne se passera même s'il se lance dans cette réforme parce qu'aujourd'hui plus personne ne se bouge pour l'avenir. Et surtout pas pour les intérêts d'un autre que soi.

J'ai été très satisfait de ma formation, d'autant plus qu'en Alsace nous étions bien plus sévèrement notés et suivis que dans les autres régions. La formation restera peut-être correcte chez SNCF Réseau, mais pas sûr qu'elle le reste dans les entreprises privées...

Ah? Donc je dois en conclure que sous prétexte d'un évènement de portée mondiale dans le pays le gouvernement a le droit de faire ce qu'il veut et le bon peuple doit fermer sa gueule? C'est la porte ouverte à la dictature ça! A ce moment-là on pourrait aussi décréter que tout mouvement social doit cesser les jours de foot parce que ça pourrait donner une mauvaise image du pays pour notre délégation à l'étranger? Et puis après on va étendre cette interdiction aux séjours des élus à l'étranger aussi non? Et puis finalement on déclarera que c'est tout bonnement interdit de contester l'autorité en place parce que ça nuirait à l'image de notre bon Führer Macron Premier?
Si on avait pas affaire à des gens déconnectés de la réalité qui pensent prendre des mesures bonnes pour l'économie (à court terme), on aurait pas besoin de protester.
Alors oui, c'est vrai que les Français ont la grève et la manifestation facile. On pourrait davantage favoriser le dialogue avant d'arriver à l'extrême échec de la grève. Cependant on peut légitimement s'interroger sur la possibilité d'un dialogue quand d'emblée on a un gouvernement qui déclare que quoi qu'il se passe il ne lâchera pas, et qu'il n'écoutera pas l'avis de ceux dont il s'apprête à changer radicalement la vie, pour le pire.

Mais je te garantis qu'ils s'attaqueront aux fonctionnaires et là encore on fera miroiter aux Français de prétendus arguments pour montrer les affreux privilèges des fonctionnaires de bas-étage, comme ils viennent de le faire avec les cheminots pour monter la population contre eux, et quand ils le feront et qu'il n'y aura pas de levée de boucliers, et plus d'institution puissante comme l'EDF, La Poste et la SNCF pour soutenir votre action, bah les fonctionnaires qui se croyaient protégés tomberont de haut...

Enfin je rappelle que ce ne sont pas les syndicats qui font la loi. Même en 2024, même si aucun syndicat n'appelle à la grève, une grève spontanée des travailleurs reste possible. Parce que la décision leur appartient, et à eux seuls. Ce ne sont pas les tout-puissants syndicats qui doivent impérativement montrer la voie. Quand le Peuple aura enfin repris conscience qu'il peut AUSSI prendre des initiatives au lieu de constamment attendre un signe de plus haut, peut-être qu'on pourra enfin se libérer de cet esclavagisme moderne au service de l'argent roi.
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Joris le Jeu 14 Juin 2018 - 19:17

Colargol a écrit:Pardonne-moi Joris mais ton point de vue me semble assez naïf. Rien ne se passera même s'il se lance dans cette réforme parce qu'aujourd'hui plus personne ne se bouge pour l'avenir. Et surtout pas pour les intérêts d'un autre que soi.

Qu'est-ce qui est naïf dans le fait de dire que si des personnes ou des corps de métiers sont touchés, c'est-à-dire impactés négativement, par des réformes d'un gouvernement eh bien ils ne voteront plus pour ce gouvernement aux élections ? Par exemple, il y a bien des cheminots qui ont voté pour Macron l'an passé, eh bien on imagine qu'une partie d'entre eux ne votera plus pour lui ou son parti puisque sa réforme sur leurs corps ne leur convient pas.
En quoi c'est naïf de dire ça ? D'autant plus que ça s'est déjà produit plus d'une fois. Par ailleurs je fais le même constat que toi, les manifs ne prennent plus en ce moment en France, mais ça n'empêche pas que le peuple sanctionne le pouvoir lors des élections lorsque celui-ci ne lui plait pas.

Colargol a écrit:Ah? Donc je dois en conclure que sous prétexte d'un évènement de portée mondiale dans le pays le gouvernement a le droit de faire ce qu'il veut et le bon peuple doit fermer sa gueule? C'est la porte ouverte à la dictature ça! A ce moment-là on pourrait aussi décréter que tout mouvement social doit cesser les jours de foot parce que ça pourrait donner une mauvaise image du pays pour notre délégation à l'étranger? Et puis après on va étendre cette interdiction aux séjours des élus à l'étranger aussi non? Et puis finalement on déclarera que c'est tout bonnement interdit de contester l'autorité en place parce que ça nuirait à l'image de notre bon Führer Macron Premier?
Si on avait pas affaire à des gens déconnectés de la réalité qui pensent prendre des mesures bonnes pour l'économie (à court terme), on aurait pas besoin de protester.
Alors oui, c'est vrai que les Français ont la grève et la manifestation facile. On pourrait davantage favoriser le dialogue avant d'arriver à l'extrême échec de la grève. Cependant on peut légitimement s'interroger sur la possibilité d'un dialogue quand d'emblée on a un gouvernement qui déclare que quoi qu'il se passe il ne lâchera pas, et qu'il n'écoutera pas l'avis de ceux dont il s'apprête à changer radicalement la vie, pour le pire.

N’exagérons rien, on parle là d'événements qui sont assez rares, on accueille pas un Euro, une Coupe du monde ou des JO trois fois par an, donc il n'y a pas d'histoire de dictature ou autre. Mais je pensais plutôt aux syndicats, c'est-à-dire que je pense que c'est plus sage qu'ils n'appellent pas à la grève pendant que se déroule un événement important sur notre sol. Organiser quelque chose est très cher, donc on ne va pas en plus impacter les bénéfices que rapportent ces organisations.
Je ne parle pas d'actions individuelles que là effectivement chacun peut faire quand il le souhaite, je parle d'une action des syndicats mais eux-mêmes s'engagent comme je l'ai dit à ne pas manifester dans ces moments là.

Sinon, le droit de grève doit évidemment être maintenu, et pour tout le monde.

Par ailleurs, je réitère mon idée qui est que pour l'instant je ne vois pas ce gouvernement toucher au statut des fonctionnaires car c'est trop compliqué. C'est pas le même statut que celui des cheminots, ça demanderait des modifications à l'intérieur des corps bien plus importantes. J'en ai d'ailleurs parlé aujourd'hui avec mes collègues et effectivement même si on ne sait jamais ce qu'il peut arriver, ça nous parait compliqué, et tant mieux, pour le gouvernement de toucher à cela à l'heure actuelle.
Les fonctionnaires restent néanmoins extrêmement prudents sur les réformes annoncées, d'où les mobilisations régulières comme celle du 22 mai dernier.

Joris

_________________
Le Titanic coulait il y a cent six ans le 15 avril 1912. Une catastrophe maritime que rien
ne laissait prévoir et qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Une pensée pour toutes les victimes de cet événement tragique qui a eu lieu il y a un siècle
et n'oublions jamais... coeur

avatar
Joris


Masculin
Age : 26
Messages : 10694
Inscrit le : 23/02/2007
Localisation : Moselle (57)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Réforme du ferroviaire en France

Message  Colargol le Sam 16 Juin 2018 - 13:10

Ce que je trouvais naïf, c'est de penser qu'ils ne toucheront pas aux fonctionnaires parce que c'est compliqué. Ce n'est certainement pas ce qui va les arrêter...
D'autre part on voit bien que ce n'est pas parce que les politiciens au pouvoir changent tous les 5 ans que la politique associée change réellement. La preuve, chaque fois c'est de toute façon un ancien Ministre qui se retrouve aux commandes et fais les mêmes conneries ou pire que ses prédécesseurs. La ligne directrice ne change pas, que ce soit la gauche ou la droite au pouvoir. Donc voter ne sert en fait qu'à choisir par quel politicien tu veux te faire entuber. Donc oui c'est naïf de penser que si on ne réélit pas les mêmes ça va changer. Le peuple ne sanctionne rien du tout, on est dans une illusion de démocratie. Il faut être aveugle pour ne pas s'en rendre compte et penser que la rue a toujours le pouvoir.
Et si des cheminots ont voté Macron, ils s'en mordent sûrement bien les doigts, mais de toute façon lui ou un autre, ça aurait fini par se faire.


Joris, si tu commences à laisser passer ça une fois, même au prétexte que c'est un évènement rare, qu'est ce qui empêche de l'étendre progressivement à tout évènement? On te dira, "bah on l'a fait pour les JO, personne n'a rien dit, on peut bien le faire pour ça et ça et ça...". Et hop on se retrouve dans une situation où le moindre prétexte est bon pour faire annuler des manifestations. La grève est un droit CONSTITUTIONNEL. Je ne vois pas en quoi un évènement, sportif qui plus est, serait une raison valable pour empêcher les citoyens et les travailleurs d'exprimer leur mécontentement.
Je constate par ailleurs que tu raisonnes comme eux, le fric le fric le fric. Qu'est-ce qu'on en a à faire que ça coûte cher? Personne ne nous oblige à les accueillir ces JO, si on a plus rien dans les caisses!! Et l'exil fiscal de nos grandes fortunes, ça coûte pas cher? Et les entreprises qui font tout pour ne pas payer leurs impôts (genre Google alors qu'ils ont les moyens), ça ne coûte pas cher non plus?
Qu'on arrête avec ça! Il faudrait commencer à regarder un peu plus loin que le bout de son nez! On brasse des sommes d'argent colossales tous les jours dans les hautes sphères de la société mais on nous fait croire que le pays est ruiné (il l'est juste par les banques dont Macron est si friand et les intérêts exorbitants qu'elles réclament). Et on nous dit que c'est à nous de nous serrer la ceinture, austérité et bla bla bla, alors que pour vraiment relancer la croissance, c'est la consommation qu'il faut relancer, et pour ça rien de mieux qu'augmenter le pouvoir d'achat du Français lambda en augmentant les salaires par exemple. Moins pour les actionnaires, plus pour les salariés. Le Portugal l'a fait, ça leur a bien réussi. Je rappelle qu'à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale, le pays dévasté était entièrement à reconstruire et on avait VRAIMENT plus d'argent. Eh bien ça n'a pas empêché le Ministre du Travail de redonner des semaines de congés payés, et des avantages sociaux au peuple, ainsi que de tout faire pour financer un service public efficace, que ce soit l'administration, la SNCF, l'EDF-GDF, La Poste etc...
Et aujourd'hui alors que les bénéfices des grandes sociétés explosent (et les dividendes reversés avec) et les taxes de l’État grimpent aussi constamment, rendant la vie toujours plus chère, on nous dit qu'on ne peut rien faire pour le peuple et qu'il doit consentir sans broncher à des efforts de toute part? C'est du foutage de gueule, dans sa plus pure forme. D'autant que la crise économique de 2008 ne se justifie même plus, et que j'estime même qu'elle n'a jamais été une excuse car nous ne sommes pas responsables de LEUR mauvaise gestion financière. Nous ne vivons pas dans le même monde.

Et si personne ne s'en rend compte, je comprend mieux pourquoi ce pays file dans le mur comme le Titanic dans l'iceberg... Un iceberg qui faisait 6 fois sa taille et que pourtant peu ont remarqué avant qu'il ne soit trop tard. Le parallèle est flagrant.
avatar
Colargol


Masculin
Age : 23
Messages : 888
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum