Illustration du Petit Journal (A bord du Titanic - au Maroc)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Illustration du Petit Journal (A bord du Titanic - au Maroc)

Message  Sha're le Sam 19 Mar 2016 - 19:50




Cette illustration de 1912 du quotidien Le Petit Journal est pour le moins troublante (site Corbis Images). Le dessin est exagéré quand on voit la représentation de Phillips. Decanis, Miagat, Ricard et Rebout, quatre télégraphistes ont bien été attaqués par des émeutiers au siège de la maison des télégraphistes à Fez, au Maroc. Ce sont ce qu'on appelle "les journées sanglantes de Fez" survenues entre le 17 et le 19 avril 1912 à la suite de la signature du traité de Fez qui instaure le protectorat français sur le Maroc. Ça était un vrai massacre. Les émeutiers étaient munis de révolvers et de carabines, les télégraphistes d'une carabine Winchester, avec une trentaine de cartouches, et d'un revolver, avec une vingtaine de cartouches seulement. Prévenus, vers 13 heures, que l'émeute venait d'éclater, ils se barricadèrent dans leur maison et s'enfermèrent dans une petite chambre mais leurs assaillants arrivèrent à entrer dans la maison. Ils furent bientôt pris entre deux feux par les émeutiers. Les quatre Français abattaient successivement tous ceux qui se montraient, mais leurs munitions commençaient à manquer.

Rebout est atteint le premier à l'épaule puis Decanis d'une balle en pleine poitrine, puis d'une seconde dans la tête, il succombe. Les émeutiers montent à l'étage supérieur et font un trou au plafond, par lequel ils laissent tomber des bois et des chiffons enflammés. Rebout reçoit une deuxième balle dans la cuisse tandis que Ricard est atteint au bas ventre. Miagat, seul valide, prend la carabine et le revolver pour décharger les derniers coups. Mais il reçoit à son tour une balle dans la tête et tombe pour ne plus se relever. La chambre est maintenant envahie par la fumée et toute la boiserie commence à prendre feu. Seuls, Ricard et Rebout, encore en vie, essayent de respirer dans un coin de la pièce. Ricard reçoit un nouveau coup de feu en pleine poitrine et ne tarde pas à ne plus donner signe de vie. Comprenant qu'il est perdu, Rebout songe à se suicider pour éviter de tomber vivant dans les mains des Marocains. Il fait plusieurs tentatives, jusqu'à se jeter dans les flammes mais la douleur est si insupportable qu'il se retire. Il finit par s'évanouir et se réveille, le feu est éteint et il n'y a personne. A 21h un détachement de tirailleurs viennent pour l'enlever et le conduire à l'hôpital où il mourut quelques heures plus tard.

Source : Forum Ce Maroc bien aimé
Tiré du livre "Les journées sanglantes de Fez" de Hubert-Jacques

_________________
"Que le plaisir qu'elle procure éteigne mon corps et le feu de mon âme à tout jamais"


Mon site sur Jack Phillips : http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/
avatar
Sha're
Admin
Admin

Féminin
Age : 36
Messages : 12693
Inscrit le : 12/11/2006
Localisation : dans la station radio

http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Illustration du Petit Journal (A bord du Titanic - au Maroc)

Message  Joris le Jeu 24 Mar 2016 - 17:45

C'est vraiment terrible ce massacre, d'une violence inouïe yeux

En fait, on a représenté ce dessin pour évoqué deux événements survenus à quelques jours d'intervalle liés d'une manière ou d'une autre à la télégraphie  ? Lors du naufrage du Titanic, puis l'attaque des télégraphistes au Maroc.

Joris

_________________
Le Titanic coulait il y a cent cinq ans le 15 avril 1912. Une catastrophe maritime que rien
ne laissait prévoir et qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Une pensée pour toutes les victimes de cet événement tragique qui a eu lieu il y a un siècle
et n'oublions jamais... coeur

avatar
Joris


Masculin
Age : 25
Messages : 10199
Inscrit le : 23/02/2007
Localisation : Moselle (57)

http://walygator-all-.wifeo.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Illustration du Petit Journal (A bord du Titanic - au Maroc)

Message  Sha're le Jeu 24 Mar 2016 - 21:20

Joris a écrit:C'est vraiment terrible ce massacre, d'une violence inouïe yeux

En fait, on a représenté ce dessin pour évoqué deux événements survenus à quelques jours d'intervalle liés d'une manière ou d'une autre à la télégraphie  ? Lors du naufrage du Titanic, puis l'attaque des télégraphistes au Maroc.
C'est tellement précis qu'on a l'impression de le vivre. Oui c'est pour illustrer les deux drames. Alors je ne sais pas pourquoi ils ont choisi cette illustration, peut-être le journal n'avait-il pas encore toutes les informations.
Par contre celle ci est un peu plus proche de la réalité :



_________________
"Que le plaisir qu'elle procure éteigne mon corps et le feu de mon âme à tout jamais"


Mon site sur Jack Phillips : http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/
avatar
Sha're
Admin
Admin

Féminin
Age : 36
Messages : 12693
Inscrit le : 12/11/2006
Localisation : dans la station radio

http://jackphillips-titanic.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Illustration du Petit Journal (A bord du Titanic - au Maroc)

Message  PhilC le Ven 28 Oct 2016 - 23:48

J'ai deux numéros du Petit Journal (Supplément illustré du Petit Journal, plus précisément). Sur l'un d'eux est présentée une illustration d'un exercice aux canots consécutif au naufrage du Titanic.




Quand au second (le premier dans l'ordre de parution), il date du dimanche 21 juin 1903. Il relate l'abordage entre le paquebot Liban et l'Insulaire, tous deux appartenant à la Compagnie Fraissinet, survenu proche du port de Marseille.




Les deux paquebots ont été endommagés. Si l'Insulaire a pu joindre Marseille, le Liban a fait naufrage, comme le montre l'illustration. Les rescapés du Liban ont été secourus par le Balkan et le Bleschamp.
avatar
PhilC


Masculin
Age : 39
Messages : 1048
Inscrit le : 28/09/2013
Localisation : Côte d'Or

http://titaniccyberweb.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum