Les huit salopards

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les huit salopards

Message  Tiphaine le Dim 10 Jan 2016 - 15:54

Ce matin avec mon frère je suis allée voir le nouveau film de Tarantino : Les huit salopards (The Hatefull height). Et en VO, bien sûr.

Après près de trois heures, je suis ressortit ravie de la salle. La photographie est superbe, le jeu d'acteur pas mal du tout. Les dialogues, eux, ne sont pas vraiment originaux mais suffisamment bien pour l'histoire. La plus grande partie du film se passe en huit clos avec des plans et des cadrages aux top.

C'est un western dont l'action se déroule dans le Wyoming peu après la guerre de Sécession. J'aime beaucoup les films qui mettent en scène l'Amérique de cette époque, ou même avant. Il faut s'imaginer qu'on pouvait voyager des jours entiers sans voir âmes qui vivent, puis tomber tout à coup sur une cabane en bois qui sert de gîte aux diligences. Chacun pouvait s'installer où bon lui semblait pour se bâtir une vie. C'est d'ailleurs exactement ce que l'on retrouve dans les livres de Laura Ingalls, dont les parents étaient pionniers et ont déménagés à plusieurs reprises en reconstruisant tout à chaque fois. La vie devait être réellement rude, mais d'un point de vue romancé ce genre de territoire ouvre pas mal de perspectives à l'imagination. Pour l'anecdote, le ranch que l'on voit dans le film est un vrai encore conservé de nos jours et qui date de 1882 (il est dessiné ci-dessous sur la première image).

Petit avertissement, cependant. Comme je l'ai dit, il s'agit d'un western. Comme il se doit en Amérique, et plus particulièrement à cette époque, tout le monde est bien entendu armé. Enfin, il y a le mot "salopards" dans le titre... Alors si vous n'aimez pas la vue du sang, passez votre chemin.
Pour tout le reste, c'est un bel exemple de septième art que je recommande d'aller voir dans les salles obscures sans tarder. D'autant que cela permet de profiter pleinement des scènes en grands angles que Tarantino a filmé avec un format de pellicule de 70 mm. Ce qui est assez peu courant pour des films diffusés mondialement en salle. Le dernier exemple en date serait apparemment "Horizons lointains", en 1992 ! Rien que pour ça, je pense que ce film perdra beaucoup de son cachet à être vu en version téléchargée sur un écran d'ordinateur. Quant à la bande originale, elle est signée d'Ennio Morricone.




avatar
Tiphaine


Féminin
Age : 28
Messages : 4808
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les huit salopards

Message  Sonia le Lun 8 Aoû 2016 - 12:41

Eh ben moi, j'aime pas Quentin Tarantino rire #CommentaireHyperConstructif. Non en vrérité, je n'ai aimé que Djando Unchained pour le moment. A vrai dire, depuis que j'ai vu Kill Bill que je n'ai pas aimé du tout (mais je l'ai vu en étant fatiguée), je fais un blocage. Ce n'est pas que je n'aime pas le sang et tout, mais je m'y suis ennuyée. mon copain me tanne pour que je regarde Inglorious Bastards etc, mais, après Kill Bill, je n'en ai pas du tout envie... Néanmoins, avec ton sujet, tu me donnes un peu plus envie Tiphaine.


Dernière édition par Sonia le Ven 26 Aoû 2016 - 15:33, édité 1 fois
avatar
Sonia


Féminin
Age : 29
Messages : 3191
Inscrit le : 29/11/2008
Localisation : Dansant en 3ème classe avec les girls du forum ^^

http://titanic-my-ship-of-dream.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les huit salopards

Message  Tiphaine le Mer 17 Aoû 2016 - 12:58

D'après ce que tu dis, il est quand même possible que ce film t'ennuie. Certes, je le trouve particulièrement bien tourné, la musique colle d'emblée aux scènes et décors, la photo est superbe, etc. Mais ce n'est pas un film d'action, même si la troisième et dernière partie est plus animée.

Je divise le film comme une pièce de théâtre qui se composerait de trois actes. Il y a l'intro à l'ancienne avec un plan fixe sur le sujet principal qui se rapproche au fur et à mesure pendant que le générique défile à côté à l'ancienne. Puis vient la présentation des différents personnages qui font leurs entrées sur scène chacun leur tour. Il suffit de moins d'une minute pour qu'on se fasse une opinion en les classant dans la case "gentil" ou "méchant". Chaque fois qu'un nouveau arrive, c'est une pièce qui se rajoute au puzzle.
Ensuite tout se met en place progressivement. La seconde partie est géniale car tous les personnages sont rassemblés dans un même endroit. Le film devient alors un huit-clos et la façon dont s'est tourné nous permet de voir par moments toutes les pièces à la fois. En fait ça m'a fait penser à un Cluedo. Un tel est dans la cuisine, un autre près de la cheminée... Qui espionne qui ? Qui va tuer qui ? Où, quand, comment ? Le pourquoi se présente au fur et à mesure avec les différentes histoires contés par chacun des figurants.

J'avais aussi repéré une subtilité qui avait échappé à mon frère (comme quoi on ne fait pas tous attention aux mêmes choses) : Tarantino a divisé l'auberge en deux, comme l'était l'Amérique à l'époque où se déroule l'histoire. Il y a les Sudistes d'un côté (Confédérés) et les Nordistes de l'autre (Yankees). Il joue sur les effets de lumières et d'ambiance. C'est particulièrement flagrant dans une scène que l'on voit de haut, comme si le spectateur état niché dans la charpente ; un des persos nordistes se trouve dans la cuisine éclairée en bleu par une fissure dans la toiture d'où tombent quelques flocons, tandis que le vieux colonel sudiste est renfoncé dans son canapé près de la cheminée dans une pièce baigné de lumières orangées... La frontière se situe d'ailleurs à la cheminée, car il y a un fauteuil exposé au nord et l'autre au sud et que c'est ici que les personnages qui sont opposés se font face pour des débats animés ou juste en se défiant du regard.

Il y a aussi plein de détails sur qui regardent qui sans se faire voir, ou sur des persos qui font des trucs en arrière-plan qui auront de l'importance par la suite mais sans que ce soit à ce moment-là explicitement mis en avant par le réalisateur. J'adore ce genre de plans où il faut ouvrir l’œil et réfléchir un peu pour comprendre ce qui se passe sans que le travail soit prémâché d'avance.
avatar
Tiphaine


Féminin
Age : 28
Messages : 4808
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les huit salopards

Message  LucieCat le Lun 18 Sep 2017 - 14:16

Salut ! Je ne suis pas vraiment fan de Western, donc je ne vais pas au cinéma pour voir ce genre de production. Néanmoins, j’ai eu l’occasion de le regarder chez un ami tout simplement pour lui faire plaisir. Au début du film, je m’ennuyais carrément. Ce n’est que durant la dernière heure qu’il y a du mouvement. À mon avis, c’est beaucoup trop long.

LucieCat


Messages : 6
Inscrit le : 11/09/2017

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum