Histoire du Golden Retriever

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire du Golden Retriever

Message  Tiphaine le Mar 31 Mar 2015 - 21:45

Au départ il y avait le loup et l'homme, chacun de son côté. Vivant tous deux en clans, se déplaçant pour chasser. 

Jusqu'à ce que certains individus à quatre pattes se rendent compte combien il est pratique de suivre l'homme et de rester près de son camp pour tirer partit des carcasses d'animaux dont lui-même se nourrit. Ce soir c'est buffet, les copains ! Et sans avoir eu à se fatiguer. Celui qui tient sur ses deux jambes décide de profiter de ce rapprochement. S'il est difficile d'attraper un adulte, les petits, en revanche, n'opposent pas une grande résistance. On les enlève et on les élève. Contre toute attente, ceux-là deviennent aisément sociables. Désormais, l'homme et l'ancêtre du chien vont dénicher ensemble le gibier. L'un et l'autre se complètent, car la domestication du chien, c'est d'abord une histoire de chasse.

Ecosse, XIXe siècle. Le temps des chasseurs-cueilleurs est révolu. On a inventé la discipline et les couverts. On met une serviette quand on mange. Mais au pied de la table, il y a toujours le chien à qui l'on réserve un os en souvenir du bon vieux temps.

L'homme, qui s'appelle Dudley, regarde le chien. Se rappelle-t-il à quoi ressemblait cet animal à leur toute première rencontre ? Non, bien sûr. Par contre il voit déjà l'avenir en celui-ci. Toute une meute de nouveaux athlètes taillés pour la chasse. Plus précisément le rapport de gibier, car c'est ce dont il a besoin. Il les imagine nager dans le lac, car il faudra qu'ils soient à leur aise dans l'eau. Ce point est important. Ici on ne manque pas de lac et de rivières. Combien de proies gâchées, perdues, parce que tombées à l'eau après qu'il les ait abattues ? Mais surtout, la petite cerise sur le gâteau, c'est que cette meute sera entièrement constituée de chiens jaunes. Ah ! Ils vont en tirer une tête ses amis quand ils le verront arriver. Au milieu des meutes noires, on ne verra que les siens.

Le chien, qui s'appelle Nous, regarde l'homme. Bon ! Il va finir par le lâcher son os, ou bien ?


Pendant, longtemps, très longtemps, le chien devait avant tout être utile. Ce n'est que dans la haute société que l'on pouvait se permettre d'avoir un toutou à chouchouter en échange de sa seule compagnie, fidèle et désintéressée. Les gens modestes, eux, avaient des chiens qui gagnaient leur gamelle en faisant leur part de travail. Tomas O Criomhthain raconte dans son autobiographie comment, dans les années 1850, lorsqu'il était enfant sur l'île Great Blasket, il avait un tout petit chien. Joyeux compagnon de jeu, dont il s'inquiéta un jour de la disparition (l'animal revint au bout de trois jours). Ce chien, écrit-il, restait avant tout le chasseur de rats de la maison, le dénicheur de lapins dans les terriers. Rien de plus, même s'il s'y était attaché.


Au contact de l'homme et de ses besoins de plus en plus diversifiés, notre ancien loup s'est adapté. Chien de garde, chien de berger, chien de marins, aussi. Et que dire de la chasse ? Parce que c'est bien de là que nous sommes partis. Mais mon brave, il y a la chasse, et la chasse... Vous-voyez ? Nous allons parler ici de celle qui se pratique chaussé d'une paire de bottes cirées et chaudement habillé d'une veste en tweed de qualité. La chasse avec ses lettres de noblesse ! La chasse de ceux qui n'ont plus besoin de chasser pour se nourrir, mais qui le font quand même. Pour le plaisir, et parce qu'ils ont le temps.


C'est à la société aisée que l'on doit la « création » de nombreuses races de chiens. En effet, pour les besoins de la chasse, ces messieurs entendaient posséder les meilleurs spécimens. Il fallut des chiens capables de débusquer les proies (des « terriers » ou des « leveurs »), d'autres qui sauraient trouver et indiquer la présence d'un gibier (les « chiens d'arrêts »), des athlètes pour les courser (les « lévriers » et « chiens courants »), etc. 
Puis il y a les rapporteurs (« retrievers »), qui attendent sagement auprès de leur maître et ne s'élancent que sur ordre de celui-ci une fois que le gibier a été abattu, pour le lui ramener et le déposer à ses pieds, sans être tenté d'en manger un bout sur le chemin du retour. Ce sont ces chiens-là qui vont nous intéresser.


En 1854, Sir Dudley de Marjoribanks a fait comme tout le monde (du moins ceux de son milieu) : il a acheté un domaine en Ecosse. Depuis que le roi et la reine y ont trouvé leur petit coin de paradis deux ans plus tôt, au château de Balmoral, c'est la grande mode chez la noblesse.

La nouvelle résidence de Dudley est Guisachan. Environ seize familles de paysans vivent des terres du domaine quand il débarque avec sa suite. Ils sont alors cordialement priés de quitter les lieux. Dans sa grande bonté, Dudley fait toutefois construire des cottages pour reloger ceux qui n'ont pas les moyens de partir. C'est ainsi que naquit le village de Tomich. On y vit pauvrement. Sans terres, sans bétails, sans même être propriétaire de sa maison, en complète dépendance de la charité du nouveau propriétaire de Guisachan. C'est la partie sombre de l'histoire, mais Sir Dudley n'est pas une exception.

Et les chiens dans tout ça ?

Sir Dudley a apporté les siens et leur a fait aménager des chenils tout confort, aussi grands, si ce n'est plus, que les cottages des paysans. Maintenant qu'il possède toutes les terres entourant sa demeure, et même au-delà, il va pouvoir s'adonner passionnément à l'activité noble par excellence : la chasse. Il y a des forêts et des landes à perte de vue. De profonds lacs et de belles rivières sauvages. Guisachan est au cœur des Highlands, à quelques miles d'Iverness et du Loch Ness.

Dans son chenil, Sir Dudley observe ses chiens noirs avec satisfaction. Dans dix ans il accueillera un nouveau résidant, doté de quatre pattes, d'un museau et de poils, mais malgré tout quelque peu différents des autres. Ce chien-là c'est Nous, l'ancêtre de tous les Goldens Retrievers, et de Manouk...


Maintenant que vous avez connaissance du contexte, et que vous avez également bien compris que Dudley n'était pas un homme pauvre, laissez moi me faire un petit thé et je vous raconterais la suite de l'histoire (pour une fois elle est déjà écrite, je n'ai plus qu'à la relire). Ci-dessous, des photos de Guisachan House, pour vous mettre dans l'ambiance.









Et un portrait de Dudley, devenu par la suite Lord Tweedmouth



Dernière édition par Tiphaine le Mer 1 Avr 2015 - 0:56, édité 1 fois
avatar
Tiphaine


Féminin
Age : 28
Messages : 4807
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Tiphaine le Mar 31 Mar 2015 - 23:57

Lord Chichester possède une meute de Wavy Coated Retrievers noirs. Rien d'exceptionnel. À l'époque c'est couleur généralement admise chez tous les types de "retrievers" (non pas une race mais une catégorie de chien de chasse, comme nous l'avons vu). C'est chez lui, en 1864, que Nous vient au monde. De la portée, il est le seul qu'on ne risque pas de confondre avec les autres. Comme une tâche au milieu de ses frères et sœurs, tous noirs, lui est jaune !

Cela arrive. Nous n'est pas le premier vilain petit canard. Seulement les chiens comme lui sont généralement mis à l'écart. Des retrievers jaunes ? Et puis quoi encore ! Alors le chiot est confié au garde-chasse, qui lui-même l'offre à notre Dudley un an plus tard en paiement d'une dette. Voilà comment en passant de main en main Nous arrive à Guisachan.


Sir Dudley à Guisachan avec des amis, Nous est le premier chien en partant de la gauche.


Il a trois ans lorsque Dudley décide de le faire reproduire. C'est qu'il a une idée derrière la tête. Cette couleur lui plaît bien, il voudrait la développer, la stabiliser, de façon à créer, non pas une race (ce n'est au départ pas son but) mais une nouvelle variété de Wavy-coated-retriever. Des jaunes, pour changer des noirs. 
Outre que la couleur, il veut aussi un chien qui excellerait à la fois au rapport tout en étant bon nageur. Ce serait bien pratique, oui. Alors Dudley y songe. Il y a d'un côté le Wavy-coated-retriever et de l'autre une race dont il a connaissance, le Tweed Water Spaniel. Le premier est un rapporteur de premier ordre, le second un poisson dans l'eau. Pourquoi ne pas faire un mixe des deux ?


Arrêtons-nous quelques instants pour dire deux ou trois mots sur ces races :

Tweed Water Spaniel : Aujourd'hui éteinte, cette race était originaire du Tweed dans les Borders écossaises. On sait peu de choses à son sujet, si ce n'est qu'il s'agissait visiblement de petits chiens au poil imperméable brun et frisé et particulièrement bons nageurs. Des sources indiquent qu'ils furent longtemps utilisé sur les bateaux pour aider à la pêche tout le long de la côte britannique et jusque dans les eaux de Terre-Neuve.

Wavy Coated Retriever : on l'a vu, c'est la race à laquelle appartenait Nous. Elle aussi est également éteinte. Ce retriever était de couleur noire, parfois brune, et avait le poil ondulé. Le chien moderne qui est son descendant direct, c'est le Flat Retriever, un chien qui ressemble au Golden, mais en noir ! Normal, ils ont les mêmes origines. La seul différences des Flat avec les Wavy, c'est qu'ils ont le poil plat, comme leur nom l'indique.


De l'idée, Dudley décide de passer à sa mise en oeuvre. Ainsi, en 1868, Nous est accouplé à Belle, une femelle Tweed Water Spaniel. De cette union résulte ce qui est considéré comme la toute première portée de Goldens Retrievers (bien que le nom n'existe pas encore). Il y a quatre chiots femelles : Crocus, Ada, Primrose et Cowslip. Pour le plus grand bonheur de Dudley, toutes ont hérités de la couleur de leur père !


L'épouse de Dudley, Lady Tweedmouth, avec Crocus.

Méthodique, Dudley consigne tout dans ses carnets. C'est grâce à cela que nous connaissons l'origine du Golden. Cowslip va jouer le plus grand rôle dans le développement de la race. Dudley la croise avec d'autres Tweed Water Spaniel, puis sa fille Topsy, et bien d'autres. Il y aurait également eu quelques apports de Setter Irlandais pour marquer la couleur. Malgré tout, mère nature continue de réserver des surprises, comme en 1887 où de deux chiens jaunes naissent dix chiots noirs ! Dudley ne s'en débarrasse pas, il les garde avec ses autres chiens noirs. Ce sont les ancêtres du Flat Retriever dont nous avons parlé plus haut.
La dernière portée figurant dans les carnets date de 1889. Il s'agit de la naissance de deux femelles jaune : Prim et Rose.

Dudley meurt cinq ans plus tard, laissant à ses enfants le soin de continuer l'élevage de ses "Yellow Retrievers", comme il les appelait. L'aîné, qui a repris le titre de Tweedmouth, reprend effectivement la suite de son père. Malheureusement on ne sait rien de précis de cette période car il ne prend aucunes notes. Ce qui est sûr, c'est qu'il offre des Yellow Retrievers à ses amis et proches. Tout en restant dans un cercle restreint, d'autres élevages de ces chiens, tous issus de la branche de Guisachan, voient le jour.


Le fils de Dudley avec sa chienne, Lady.


Lady Hardcourt présenta ses Yellow Retriever en 1908 à l'exposition du Kennel Club, ses chiens attisèrent la curiosité du public.

Un Yellow Retriever est pour la première fois présenté au public en 1908. Quant au premier champion de cette race encore non-officielle, il est médaillé en 1912. Ce chien ne correspond alors pas tout à fait au standard du Golden actuel. Il est plus foncé, plus trapu. Finalement, le Yellow Retriever est inscrit en 1913 au Kennel Club, registre des races canines reconnues au Royaume-Uni. La même année est créé un club exclusif à la race et marque le début de l'enregistrement des naissances. Notez que l'on ne parle pas encore de "Golden". Ce nom-là n'est adopté qu'en 1920, paraît-il pour ne pas qu'il soit confondu avec le Labrador que l'on appelait alors aussi le "Yellow Retriever"...


Noranby, le premier "champion", en 1912 (la date varie d'un ou deux ans).

Durant longtemps, le Golden demeure extrêmement rare en dehors du Royaume-Uni. Les exportations de spécimens sont surveillés et limités. Un Golden est pour la première fois présenté en France lors de l'exposition canine de Paris en 1926.  Dans les années 1930 il commence véritablement à prendre l'aspect qu'on lui connait, mais ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que la race gagne réellement en popularité, du moins dans son pays d'origine. Pour la France, comme pour le reste du monde, il faut attendre les années 1990, début de la véritable mode du Golden. Peut-être certains d'entre vous connaissant le film L'incroyable Voyage, sortie en 1993, avec des animaux qui parle. Il y a trois héros : une chatte himalayenne, un bouledogue américain et Shadow, le Golden Retriever, qui symbolise le parfait chien de famille.


Un des premiers Goldens français, en 1930.

Depuis, le Golden est devenu l'une des races les plus connues et polyvalentes du monde canin. Il se distingue particulièrement comme chien guide d'assistance pour personnes handicapées. Cependant, c'est toujours sur son activité d'origine, le rapport de gibier en plans d'eau, qu'il est jugé lors des concours canins.
Physiquement, il a plutôt gardé l'aspect du Wavy Coated Retriever. En revanche, c'est du Tweed Water Spaniel qu'il a conservé le pelage imperméable et les pattes palmés. Tout comme on l'a vu avec l'évolution du Wavy Coated (ondulé) au Flat (plat), beaucoup de Goldens ont désormais le poil plat. D'autres gardent néanmoins le poil ondulé de leurs ancêtres, comme c'est le cas de Manouk qui frise sur la nuque. pour ce qui est de la couleur, difficile de savoir exactement à quoi ressemblait Nous. Mais il était apparemment plus proche du fauve que du sable, bien que sa progéniture se soit ensuite éclaircie. Manouk correspond presque à la couleur la plus claire autorisé par le standard de la race. Il n'est pas blanc mais crème, car ses oreilles sont beiges. Aujourd'hui encore les éleveurs procèdent à des sélections. Le Golden de type européen tend à être plus claire que ses cousins américains et canadiens. Question de préférence.


Quelques détails généalogique pour la "mascotte" :

Le père de Manouk s'appelle Polan, sa mère Swanny. Ils sont issus des élevages suivant :
http://cheektocheek-goldens.com/ (Normandie) : ceux dont il a le plus hérité des caractéristiques
http://www.payssauvage.com/ (Auvergne)

Parmi ses proches ancêtres se trouvent plusieurs anglo-saxons, notamment deux arrières-grands-pères écossais : Brandon et Castor.


Dernière édition par Tiphaine le Mer 1 Avr 2015 - 12:55, édité 2 fois
avatar
Tiphaine


Féminin
Age : 28
Messages : 4807
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Canard-jaune le Mer 1 Avr 2015 - 10:07

Tout ceci a l'air fort intéressant et très documenté!
Je lirai ce soir, après mon examen. oui
avatar
Canard-jaune


Masculin
Age : 18
Messages : 7586
Inscrit le : 19/05/2009
Localisation : Mare aux canards

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Guillaume70 le Mer 1 Avr 2015 - 11:24

Très intéressant :) J'aime bien la façon avec laquelle tu racontes comment le loup est devenu chien assez facilement grâce à sa relation avec l'Homme. Les loups ne sont en fait pas si différent, et malgré une image répandue qui leur colle à la peau, n'est absolument pas dangereux pour l'Homme. Pour ceux qui ça intéresse, il y a un C'est pas sorcier sur le sujet. Il y a d'ailleurs beaucoup d'autres races qui ont été créées par l'Homme par simple sélection, comme le chat, le cochon (qui vient du sanglier), la chèvre, la vache, ...
avatar
Guillaume70


Masculin
Age : 26
Messages : 894
Inscrit le : 14/04/2008
Localisation : Tours, France

http://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:Guillaume70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Tiphaine le Mer 1 Avr 2015 - 12:35

Déjà, merci d'avoir pris le temps de lire.  fkpo

Ensuite, exactement, le loup n'est généralement pas dangereux pour l'homme puisqu'il le craint. Ce sont les descendants des individus ayant préférés rester à l'écart tandis que d'autres se rapprochaient. Il faut croire qu'ils ne leur ont jamais pardonné cette traîtrise au clan, puisque chiens et loups se détestent.

Il existe une race de chien très ancienne dont le rôle était de les chasser. Il en porte d'ailleurs le nom, c'est l'Irish Wolfhound (Wolf = Loup - Hound = Bête de chasse).
Un consul romain fait la description en 391 av. J-C d'un grand lévrier irlandais qu'on lui a offert, et qui correspond en tout point au Wolfhound. On l'élevait dans la haute société, mais la disparition progressive des loups en Irlande faillit avoir raison de lui et la race frôla l’extinction. Ce n'est heureusement plus le cas aujourd'hui. Je pourrais vous en parler plus longuement peut-être à l'avenir, car j'aimerais un jour avoir un Wolfhound. Seulement ce n'est pas un chien que l'on peut prendre sur un coup de tête (aucun chien d'ailleurs). Déjà parce que c'est le plus grand de la gente canine et qu'il faut de l'espace, ensuite parce que c'est un lévrier. Or un lévrier géant, ça peut faire du dégât si on ne lui a pas inculqué dès le début une parfaite éducation. N'espérez même pas retenir un Wolfhound qui a décidé de piquer un sprint... Enfin, qui dit chien géant dit dépenses conséquentes. Par exemple, l'achat d'un chiot représente deux mois de mon salaire actuel. De quoi décourager...

Néanmoins, ça me semble être un chien extraordinaire. Visiblement très proche de l'homme. J'ai eu l'occasion d'en rencontrer deux il y a trois ans à Crozant. Impressionnant ! Depuis j'ai le coup de foudre.




Pour ce qui est des autres animaux, l'homme a bien entendu procédé également à des sélections, et cela se fait encore.

Néanmoins, la domestication du chien est unique en son genre. En fait, c'est la seule espèce domestique dont la domestication n'est pas liée à l'agriculture et à la sédentarisation. J'ai lu que des études ont montré que le cerveau et l'organisme du chien s'étaient transformés avec ces deux révolutions majeures de l'histoire. Notamment la digestion de l'amidon qu'il développe à l'arrivée de l'agriculture. Ce que l'on ne trouve que rarement voire pas du tout chez le loup.
avatar
Tiphaine


Féminin
Age : 28
Messages : 4807
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Manny le Sam 4 Avr 2015 - 13:40

Un sujet vraiment intéressant et raconté superbement ! La popularité du Golden est assez récente en fin de compte et le premier individu qui a foulé le sol français est arrivé seulement dans les années 1930 ? C'est pas si vieux. La race a légèrement changé de "tête" depuis Nous où c'est moi qui est un problème de vue ? J'ai l'impression que le champion de 1912 est différent d'un Golden comme Manouk: beaucoup plus frisé, moins poilus, moins massif...
Quant au lévrier irlandais... c'est certain, il ne faut pas en prendre un sur un coup de tête. Il prend légèrement plus de place sur le canapé. sourire
avatar
Manny


Féminin
Age : 27
Messages : 1184
Inscrit le : 27/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Joris le Dim 5 Avr 2015 - 21:24

Merci c'est intéressant d'en connaître plus sur cette race de chien.

Tiphaine a écrit: Peut-être certains d'entre vous connaissant le film L'incroyable Voyage, sortie en 1993, avec des animaux qui parle. Il y a trois héros : une chatte himalayenne, un bouledogue américain et Shadow, le Golden Retriever, qui symbolise le parfait chien de famille.

Ce film fait partie pour moi des films que j'ai le plus regardé enfant. Je l'ai en cassette et je l'ai toujours adoré. D'ailleurs encore aujourd'hui si j'en ai l'occasion je me le repasse, la dernière fois c'était il y a presque trois ans je crois, c'est un bon souvenir.

J'avais d'ailleurs consacré un sujet à ce film : http://titanic.superforum.fr/t602-l-incroyable-voyage.

C'est tiré d'un roman. Il y a eu aussi une suite en 1996.



Joris

_________________
Le Titanic coulait il y a cent cinq ans le 15 avril 1912. Une catastrophe maritime que rien
ne laissait prévoir et qui coûta la vie à plus de 1500 personnes.
Une pensée pour toutes les victimes de cet événement tragique qui a eu lieu il y a un siècle
et n'oublions jamais... coeur

avatar
Joris


Masculin
Age : 25
Messages : 10200
Inscrit le : 23/02/2007
Localisation : Moselle (57)

http://walygator-all-.wifeo.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Canard-jaune le Mer 15 Avr 2015 - 16:17

Je viens (enfin) de lire tout le sujet : c'était super intéressant! On apprend plein de choses sur l'origine de la race, les croisements, l'histoire du bonhomme...
Tu fais une très bonne narratrice, bravo. :)
Grâce à ce sujet, et ce que tu as appris sur les différences entre labrador retriever et golden retriever à Magdalena, je suis paré pour l'interrogation. :p
En bonus, voici une jolie image (que Tiphaine connait déjà) :

avatar
Canard-jaune


Masculin
Age : 18
Messages : 7586
Inscrit le : 19/05/2009
Localisation : Mare aux canards

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Tiphaine le Dim 31 Jan 2016 - 15:35

Manny a écrit:Un sujet vraiment intéressant et raconté superbement ! La popularité du Golden est assez récente en fin de compte et le premier individu qui a foulé le sol français est arrivé seulement dans les années 1930 ? C'est pas si vieux. La race a légèrement changé de "tête" depuis Nous où c'est moi qui est un problème de vue ? J'ai l'impression que le champion de 1912 est différent d'un Golden comme Manouk: beaucoup plus frisé, moins poilus, moins massif...


Je repassais par hasard sur le sujet, donc j'en profite pour répondre avec pas mal de retard (et corriger deux ou trois fautes dans mes deux premiers posts). sourire

Comme tu le fais remarquer, les premiers Goldens avaient une morphologie assez différente de ceux que l'on connait actuellement. Il va sans dire que le premier champion de 1912 n'aurait pas ses chances aujourd'hui en concours et serait même éliminé d'office. Ils étaient plus trapu, plus fauve, plus taillés pour la chasse quoi... En gagnant en popularité et en devenant un chien de famille, l'apparence du Golden a évolué. Son apparence actuelle a commencé à apparaître dans les années 1930, plus particulièrement via l'élevage Noranby de Mrs. Winifred Charlesworth, issu justement du champion de 1912. Voici une photo de chiens de cet élevage et une image provenant d'un paquet de cigarette anglais en 1937 :






Il est aussi intéressant de remarquer que les Goldens américains sont quelque peu différents des européens. Comme expliqué précédemment, nous avons tendance à préférer les pelages clairs, tandis que là-bas ils privilégient les foncés. Autre chose, les Goldens américains ont le poil plus fourni et plus longs, tandis que le type européen l'ont plus court et donc plus adapté à la chasse. Cela s'explique à mon avis pour la simple raison qu'en Amérique le Golden est mis en avant dans des shows d'esthétisme tandis qu'ici l'influence Britannique reste forte et que l'on a davantage gardé la tradition du travail de chasse dans les concours. Les reproducteurs les plus appréciés ne sont pas seulement ceux qui on le LOF (juge de la correspondance du chien au standard de la race) mais ceux qui ont aussi passé les épreuves du TAN (Test d'Aptitudes Naturelles, adapté à chaque race, pour le Golden il s'agit entre autres de rapporter du gibier tombé à l'eau).

La photo postée plus haut par Vincent représente quant à elle ce qui reste du domaine de Guisachan. Un rassemblement de Goldens se tient chaque année devant les ruines. On a d'ailleurs ici un exemple des différentes couleurs de robes, bien qu'il y a une majorité de claires et finalement très peu de fauves (j'en distingue seulement un ou deux dans le fond).

Récemment, en 2014, une association a inauguré une statue de Golden près du domaine.

avatar
Tiphaine


Féminin
Age : 28
Messages : 4807
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Manny le Dim 31 Jan 2016 - 23:47

On voit déjà sur la première photo que les chiens sont plus ressemblants à la race actuelle que celui de 1912. Celui du milieu se démarque encore par un pelage beaucoup plus foncé que celui de droite... néanmoins, comme tu le dis, on voit que la race est encore "sauvage", beaucoup plus chien de travail que chien de salon.
Mais en y réfléchissant bien, je me dis que ma question était assez bête en fait. Il suffit de regarder le nombre de chiens différents chez une même race (coucou Vic) pour voir qu'il y' a de toute façon des différences plus où moins prononcées. Qui sait, il existe peut-être des Golden aujourd'hui qui ressemblent aux premiers individus de la race. Je dis ça mais en fin de compte, je n'en ai aucune idée. sourire
avatar
Manny


Féminin
Age : 27
Messages : 1184
Inscrit le : 27/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Tiphaine le Lun 1 Fév 2016 - 0:10

[message édité après publication]


Manny a écrit:Qui sait, il existe peut-être des Golden aujourd'hui qui ressemblent aux premiers individus de la race. Je dis ça mais en fin de compte, je n'en ai aucune idée. sourire

Absolument. Il suffit de voir les différences qu'il peut y avoir entre deux élevages, c'est dingue. Tout à l'heure j'étais sur le site de l'élevage du père de Manouk. La dame vient de croiser une de ses chiennes avec un mâle très fauve et qui pour le coup est bien plus proche des ancêtres de la race que ne l'est Manouk. Les chiens de Mrs Charlesworth devait pour la plupart avoir ce pelage. Le voici ci-dessous :


Source : http://www.payssauvage.com/accueil.htm

Et une autre photo de Mrs Charlesworth avec un de ses chiens :



En faisant des recherches pour te répondre, j'ai aussi trouvé un article (mais j'ai oublié de sauvegarder la page !) d'un passionné de Retrievers qui expliquait que les types de chiens à l'origine du Golden (il n'était alors pas question de races enregistrées) - et dont j'ai parlé dans mes deux premiers posts - semblent ne pas avoir réellement disparus puisque l'on aurait recensé des chiens présentant réunissant encore leurs caractéristiques ; on se base ici sur des descriptions écrites à l'époque puisqu'il n'y avait pas encore la photographie, ou bien des peintures mais avec la prudence qu'il convient d'adopter quant à la véracité de ce type de présentation où l'on avait tendance à embellir l'animal.

Fait important dont il faut se rappeler, les types de chiens à l'origine du Golden présentaient eux-mêmes une assez grande variabilité en couleurs, morphologies et types de pelages. En fait, seules leurs aptitudes pour la chasse étaient identiques. C'est pour ça que l'on parlait de "Flat-Retriever" ou "Wavy-retriever" ; l'aspect physique change mais la fonction reste la même. Et l'auteur de nous rappeler qu'à l'origine les Goldens ne sont qu'un type de plus parmi ces chiens. Les quelques éleveurs (au départ très peu nombreux et appartenant aux proches de Lord Tweedmouth) ne cherchaient qu'à stabiliser la couleur jaune, sans accorder d'importance à l'aspect du poil par exemple, qu'importe qu'il soit ondulé comme le Wavy ou plat comme le Flat. On le voit bien d'ailleurs avec la première appellation qu'ils leur donnèrent : "Yellow-retriever".

Si on a aujourd'hui un type plus apprécié qu'un autre (ceux de couleur sable avec le poil mi-long et plat), le Golden, bien que standardisé, présente une certaine diversité que l'on ne retrouve pas dans d'autres standards de race. C'est en quelque sorte un héritage des premiers éleveurs de la fin du XIXe siècle (rappelons qu'à l'époque on ne connaissait que des retrievers noirs ou bruns, les jaunes étaient donc une exception). On trouve ainsi des Goldens fauves, comme le mâle ci-dessus ou bien des presque blancs comme Manouk, certains ont le poil plat et long, d'autres l'ont ondulé, voire frisé à certains endroits. La morphologie des têtes peut être aussi différente, et je sais par exemple chez quels éleveurs je ne prendrais pas mon autre Golden car je n'aime pas les types qu'ils sélectionnent, trop massifs.


Je m'interroge aussi sur les conséquences de l'élevage de chiens de types primitifs comme l'Irish Wolfhound. Ce chien déjà décrit à l'époque romaine était bien entendu l'objet de sélections pour obtenir de meilleurs spécimens avant même que l'on parle de "races". Mais quant est-il aujourd'hui que ces chiens ont perdu leur fonction première qui était la chasse aux loups, et ne sont plus appréciés que pour eux-mêmes et présentés dans des shows ?

À propos de la distinction entre chien de travail et chien de show, j'ai trouvé cet article qui pourrait t'intéresser. Il s'agit d'une comparaison entre le Jack Russel d'origine et les différents types qui ont été adoptés spécialement pour les concours de beauté, jusqu'à être considérée à terme comme des races distinctes :

http://retrieverman.net/2015/10/09/the-absurdity-of-the-dog-fancy-in-one-image/
avatar
Tiphaine


Féminin
Age : 28
Messages : 4807
Inscrit le : 09/07/2010
Localisation : Twin Stones Island

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire du Golden Retriever

Message  Manny le Lun 1 Fév 2016 - 23:58

Il est très beau aussi de cette couleur ! Il est pas très trapu, pas comme celui de Mrs Charlesworth qui a plutôt l'air d'un diamant brut, loin des critères esthétiques que peut exiger le LOF aujourd'hui.

Cela m'aurait étonné que les premiers chiens à l'origine de la race actuelle aient disparu, il y' a toujours quelques individus qui résistent ; sans compter les chiens "de transition" issus des nombreux croisements qui ont amené à la race actuelle.

Très juste aussi ce que tu dis sur les types de chiens. J'ai lu exactement la même chose concernant les Jack. Le révérend Russel voulait des chiens puissants, vifs, courts sur patte qui pouvaient suivre les renards dans leur tanière. S'il existe une grande variété de ce type de chien aujourd'hui, ils ont pour la plupart bien gardé leur instinct premier. En fin de compte, quelque soit la race, tout dépend des goûts de chacun, comme toujours.

Quant à la comparaison entre Jack de show et Jack de travail... bah, je ne sais pas si j'en suis étonnée ou amusée. Je crois d'ailleurs que ça fait pas si longtemps que ça que le Parson et le Jack sont deux races bien distinctes.. A vérifier. Par contre, j'adore cette phrase "Most people don’t want a hard little bastard terrier. Most people want a nice little dog". Dans ces cas là, autant prendre un chien de poche type chihuahua, au moins, y'a pas de risque d'être déçue. sourire
J'ai de plus en plus l'impression que beaucoup de gens choisissent justement le Jack pour son côté mignon et sa taille XS (Vic est déjà plus dans cette catégorie avec ses 9 kilos de muscles). Mon sentiment est confirmé lorsque je vois le nombre de chiens qui n'ont comme espace de défoulement qu'un petit jardin et qu'ils ne font qu'un petit tour de 10 min en guise de promenade. Après les maîtres se plaignent qu'ils soient surexcités, à croire qu'ils ont oublié que ce chien à besoin d'autant d'exercice qu'un gros chien. C'est par pour rien que c'est une des races qu'on retrouve le plus dans les refuges d'ailleurs.

Et en parlant du Irish Wolfhound, je confirme que c'est bien ce chien que j'avais vu lors d'une promenade. Le gabarit m'avait vraiment impressionné, ce qui n'a pas du tout été le cas de Vic qui lui a sauté dessus pour jouer.
avatar
Manny


Féminin
Age : 27
Messages : 1184
Inscrit le : 27/07/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum