Titanic


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  RechercherRechercher  PortailPortail  MembresMembres  Site perso sur Jack PhillipsSite perso sur Jack Phillips  ConnexionConnexion  Page FacebookPage Facebook  AFTAFT  NPSNPS  
Partagez | 
 

 La cassure : une thèse prouvée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
yarra

avatar

Masculin
Messages : 665
Inscrit le : 26/05/2012
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mer 20 Nov 2013 - 12:08

Nuit noire ou pas , sur l'eau le bruit porte loin , donc si les passagers sur les canots n'ont rien entendu , c'est que le navire c'est brisé , alors qu'il était entièrement sous l'eau . De plus , s'il s'était brisé en surface même d'une hauteur d'un mètre le déplacement d'eau aurait été incroyable , générant une vague et une phosphorescence de l'eau visible d'assez loin ainsi que du bruit . Le bruit de la tole se déchirant celui du navire tombant d'ans l'eau , tout cela et perceptible par l'oreille humaine , même pendant une tragédie .
Revenir en haut Aller en bas
LittleTony87

avatar

Masculin
Age : 27
Messages : 6116
Inscrit le : 15/11/2009
Localisation : Trop près, beaucoup trop près.

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mer 20 Nov 2013 - 13:41

Le fait est que la plupart des témoins qui l'ont vu se casser sont parmi les derniers partis. Et d'autres, comme Gracie, s'ils ne l'ont pas vu se briser, disent avoir entendu un bruit énorme, qu'ils attribuaient aux chaudières dégringolant dans la coque. Donc si le Titanic s'est brisé en surface, c'est certainement ce qu'ils ont entendu. Pour ce qui est de le voir... N'étant pas confortablement installés dans un canot et nageant pour leur survie, il est peu probable qu'ils aient trop prêté attention à ce qui était autour.

En fait, comme le prouve Bill Wormstedt sur son site en reprenant un à un les témoignages, on a plus de gens catégoriques sur le fait qu'il se soit brisé, que de gens catégoriques sur le fait qu'il a coulé intact. Sans compter ceux, assez nombreux, qui ne sont pas capables de le dire. Mais il se trouve que plusieurs officiers étaient au nombre de ceux qui affirmaient l'avoir vu couler intact. C'est cela, à mon avis, qui a été déterminant dans la conclusion tenue par l'enquête.

Edit : pour ceux que ça intéresse, la page du site de Wormstedt recensant les témoignages des deux enquêtes. 14 personnes ont déclaré qu'il s'était brisé, 4 qu'il avait coulé intact, et 74 qui ne savaient pas comment le navire a coulé, généralement car ils ne l'ont pas vu. C'est ici.
Revenir en haut Aller en bas
http://latiquequicrie.wordpress.com/
Colargol

avatar

Masculin
Age : 22
Messages : 847
Inscrit le : 18/10/2012
Localisation : Sur le quai de la gare :P

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mer 20 Nov 2013 - 13:55

De plus en état de déni devant une situation que l'on pensait si improbable, sur une petite barque perdue sur un océan glacial, on peut regarder sans voir...
Et par la suite les images sont tellement confuses qu'on raconte ce qu'on pense avoir vu.
Cela dit, en état de choc certaines personnes retiennent mieux ce qui se passe et ce qu'ils voient.

Ce qui explique les différentes versions de la fin du drame...
Revenir en haut Aller en bas
Kavouraki



Messages : 33
Inscrit le : 19/11/2013

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mer 20 Nov 2013 - 16:35

C'est possible que la cassure est eu lieux lorsque le navire était entièrement sous l'eau ?

Lorsqu'il a entamé sa descente finale vers l’abîme.

Ce qui pourrais expliqué l'épave en deux morceaux et les nombreux témoins affirmant qu'il a coulé entier. Réconcilié les deux .

Entre le moment ou le navire disparaît totalement a 2h20 et celui ou les derniers canots quitte le navire,il s'écoule combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
LittleTony87

avatar

Masculin
Age : 27
Messages : 6116
Inscrit le : 15/11/2009
Localisation : Trop près, beaucoup trop près.

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mer 20 Nov 2013 - 16:41

Kavouraki a écrit:
Ce qui pourrais expliqué l'épave en deux morceaux et les nombreux témoins affirmant qu'il a coulé entier. Réconcilié les deux .
Cf plus haut : "les nombreux témoins" qui l'ont vu couler en un seul morceau sont en fait, sur les deux enquêtes réunies, 4. La plupart des gens sont en fait incapables, dans leur témoignage, de dire ce qu'ils ont vu. La légende de la majorité des témoins ayant vu le navire couler entier s'est forgée après coup. Comment, ça serait intéressant de le découvrir !
Revenir en haut Aller en bas
http://latiquequicrie.wordpress.com/
Kavouraki



Messages : 33
Inscrit le : 19/11/2013

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mer 20 Nov 2013 - 22:51

Je crois que l'épave,la partis proue s’arrête juste devant la troisième cheminée,la ou les ponts sont écrasé les uns sur les autres,descendant en pente.

Je crois que dans le film,le naufrage s’accélère d'un coups quand la coupole ou se trouvait les bourgeois explose et que l'eau entre dans tout les ponts par ce trous dans le verre,et qui dans le film tue Victor des feux de l'amour
Revenir en haut Aller en bas
Nicomurgia

avatar

Masculin
Age : 25
Messages : 772
Inscrit le : 28/12/2011

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Ven 22 Nov 2013 - 1:12

Tout à fait. La partie proue s'arrête juste à l'aplomb de la cheminée n°3. Mais en arrière du grand escalier, les ponts accusent une descente de plus en plus dangereuse. Le gymnase s'est effondré au niveau du pont A et à l'arrière c'est juste un fatras indescriptible d'objets en tout genre. On reconnaît simplement le plafond surélevé du Grand Salon, là où se trouvait l'énorme chandelier de style Louis XV.

Bien sûr, quand l'eau a envahi le Grand Escalier, le Titanic s'est mis à sombrer à une vitesse vertigineuse puisque l'escalier donnait accès à toutes les pièces de l'avant. Mais déjà vingt minutes auparavant, au moment où l'étrave s'était enfoncée complètement dans l'eau, le navire avait commencé son plongeon final.
Revenir en haut Aller en bas
Kavouraki



Messages : 33
Inscrit le : 19/11/2013

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Ven 22 Nov 2013 - 13:43

Les vieux films,les illustrations d'époques montrent la poupe du titanic coulé a la verticale et le navire sombré entier dans l'océans.

Le roman la nuit du titanic décrit aussi l’arrière du navire coulant a la verticale...

Les premiers livres de Robert Ballard quelques temps après la découverte de l'épave,parle d'un angle d'inclinaison de 70 degrés.C'est cet angle qui est montré dans la simulation par ordinateur la plus connus.

En 1997 ,James Cameron dans son film montre la poupe s'élevé a 40 degré.

En 2012 ce même Cameron dans une nouvelle théory parle d'un angle de 25 degré.

Actuellement le site internet Wikipédia écrit que l'angle d'inclinaison au moment de la fracture était de 20 .

Sur ce site on me parle d'un angle de 10/11 degrés.

Plus le temps passe et plus les gens mette de l'eau dans leur vin concernant l'élévation de la poupe,brisant un mythe.
Revenir en haut Aller en bas
PhilC

avatar

Masculin
Age : 39
Messages : 1045
Inscrit le : 28/09/2013
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mar 19 Avr 2016 - 1:31

J'avais initialement mis cette réflexion dans un autre poste. Mais je l'ai déplacé à un endroit plus adapté. On voit souvent, dans des animations et autre, la cheminée n° 1 tomber sur bâbord. De même, on voit la poupe basculer sur ce même côté après la cassure. Ne s'agirait-il pas d'une erreur?

Lightoller n'a-t-il pas précisé dans son livre qu'elle était tombée sur le côté tribord? Par ailleurs, en 1996, David Livingston expliquait que selon lui, la proue avait touché le fond de la mer en étant légèrement inclinée sur tribord. Si le navire était effectivement incliné sur tribord au moment de la chute de la première cheminée et que la proue était également inclinée sur tribord au moment de toucher le fond, cela indique que lorsque le navire se brisa en deux, la poupe bascula sur tribord (sur la droite comme l'a dit Peuchen et non sur bâbord comme l'a dit Joughin).

Nous savons qu'au moment de la mise à l'eau du radeau C, le navire penchait sur bâbord. Mais plusieurs sources parlent d'une embardée. Gracie évoque même une vague qui a frappé le pont. Selon moi, l'invasion d'un compartiment est à l'origine de cette embardée, qui a provoqué la vague. Il n'est pas impossible que le navire se soit mis à giter sur tribord à ce moment-là.

Nous savons que le Titanic penchait tantôt sur tribord et tantôt du bâbord. Au cours d’une déposition, le quartier-maître Hitchens raconta qu’entre «cinq et dix minutes» après la collision, le navire gîtait de «cinq degrés par tribord». Le colonel Gracie remarqua plus tard que le géant «donnait légèrement de la bande par bâbord». Jack Thayer prit conscience que le «navire donna légèrement de la bande à tribord», avant de «verser sur bâbord». Pour sa part, le steward de piscine Samuel Rule évoqua que lorsque le canot 15 a été chargé, le «vaisseau avait un peu de gîte sur bâbord».

Personnellement, j'ai tendance à croire que la poupe (comme la cheminée avant) ne bascula pas sur bâbord, mais bien sur tribord.
Revenir en haut Aller en bas
http://titaniccyberweb.free.fr/
Nicomurgia

avatar

Masculin
Age : 25
Messages : 772
Inscrit le : 28/12/2011

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mar 19 Avr 2016 - 10:50

J'aurais bien du mal à te contredire sur ce point car il n'y a pas à ma connaissance d'article de recherche à ce sujet (c'est bien le problème avec le Titanic, les sources), mais je pense que les expéditions sur l'épave ont permis de prouver, avec les dégâts au niveau des ponts, que la cheminée n°1 est bien tombée sur bâbord. Sa base était également toujours présente en 1986 ; elle est depuis tombée dans le conduit. Peut-être que les photos de la base de la cheminée ont aussi permis de lever le doute.
Idem pour la cassure. Des recherches très poussées ont été menées récemment, dont on n'a que les conclusions et pas la méthode d'investigation, donc on ne peut pas se positionner vraiment. A défaut, on ne peut que se pencher sur les témoignages de survivants. Or je sais que certains témoignages de passagers restés jusqu'à la fin (ce n'est pas le cas de Peuchen, parti dans le canot 6), comme celui de Frank Prentice ou de Joughin permettent d'imaginer que le navire penchait plutôt sur bâbord.
D'autres faits permettent de corroborer cela : comment le canot B aurait-il pu être repoussé du Titanic si la cheminée était tombée sur tribord ? Quant à Lightoller, je ne veux pas remettre en cause sa version des faits, mais rappelons quand même qu'il a été aspiré par un ventilateur de pont et qu'il se débattait sous l'eau quelques fractions de secondes auparavant. Il y aurait de quoi être un peu désorienté ! Lightoller a aussi affirmé que le Titanic avait coulé intact...
Revenir en haut Aller en bas
PhilC

avatar

Masculin
Age : 39
Messages : 1045
Inscrit le : 28/09/2013
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mar 19 Avr 2016 - 11:37

Tu as raisons sur les éléments (Peuchen, Lightoller) que tu présentes. Je me basais aussi sur le travail effectué par Gracie (qui croyait que le navire avait coulé d'un seul tenant - et pour cause, il était en train de nager sous l'eau à ce moment là) qui en était venu à la conclusion que le radeau B avait dérivé sur le côté tribord du navire. Ce qui ma le plus influencé, c'est que Jack Thayer était du côté tribord quand il a sauté à l'eau. Il a été emporté sous l'eau lors de la chute de la deuxième cheminée (peut-être a-t-il confondu avec la première?). Et lorsqu'il refit surface, il arriva directement sur le radeau B. Celui-ci devait forcément avoir été entraîné du côté tribord.

Pour Prentice, je n'ai pas encore pris connaissance du témoignage. Merci de m'avoir aiguillé la-dessus  pou . Cela va peut-être changer mon point de vue.

Voici schématiquement comment j'imaginai la situation pour la cheminée n° 1:



S'effondrant sur elle-même, la cheminée tombe sur tribord. De fait, les plaques d'acier à sa base se plient.
La cheminée subit une force verticale, mais également une force de côté.


En tombant, la cheminée écrase une partie du ventilateur.


Dernière édition par 21PhilC1 le Lun 31 Oct 2016 - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://titaniccyberweb.free.fr/
Nicomurgia

avatar

Masculin
Age : 25
Messages : 772
Inscrit le : 28/12/2011

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mar 19 Avr 2016 - 12:28

21PhilC1 a écrit:
Tu as raisons sur les éléments (Peuchen, Lightoller) que tu présentes. Je me baisais aussi sur le travail effectué par Gracie (qui croyait que le navire avait coulé d'un seul tenant - et pour cause, il était en train de nager sous l'eau à ce moment là) qui en était venu à la conclusion que le radeau B avait dérivé sur le côté tribord du navire. Ce qui ma le plus influencé, c'est que Jack Thayer était du côté tribord quand il a sauté à l'eau. Il a été emporté sous l'eau lors de la chute de la deuxième cheminée (peut-être a-t-il confondu avec la première?). Et lorsqu'il refit surface, il arriva directement sur le radeau B. Celui-ci devait forcément avoir été entraîné du côté tribord.

Pour Prentice, je n'ai pas encore pris connaissance du témoignage. Merci de m'avoir aiguillé la-dessus  pou . Cela va peut-être changer mon point de vue.

Voici schématiquement comment j'imaginai la situation pour la cheminée n° 1:



S'effondrant sur elle-même, la cheminée tombe sur tribord. De fait, les plaques d'acier à sa base se plient.
La cheminée subit une force verticale, mais également une force de côté.


En tombant, la cheminée écrase une partie du ventilateur.

Oui, le canot B avait dérivé à tribord effectivement, mais selon Paul Lee, ce n'est pas véritablement le canot qui a dérivé à tribord mais plutôt le Titanic qui a bougé en plongeant. La "vague" que les témoignages évoquent pourrait en effet s'expliquer par l'accélération du naufrage (l'eau passe soudainement au-dessus de la rambarde courbe de chaque côté de la passerelle) combinée à un mouvement du navire sur le plan horizontal. Mais alors, pour que le canot B se retrouve à tribord par rapport au Titanic, il faut que le Titanic ait tourné sur bâbord, et cela ne peut s'expliquer que par une gîte accrue à bâbord, non à tribord. En tombant à bâbord et légèrement sur l'avant, la cheminée envoie une vague bâbord arrière d'un côté et tribord avant de l'autre, qui envoie valdinguer nos collapsibles. C'est plausible.

On peut ajouter aussi que personne, à ma connaissance n'évoque de gîte à tribord vers la fin du naufrage (mais personne n'évoque de gîte à bâbord non plus, donc ça ne nous mène pas loin).

Autre point qu'il est peut-être intéressant de soulever ici : la rupture des étais de la cheminée n°1. Nous n'avons aucun témoignage à ce sujet, mais l'on sait que du côté du canot A, des passagers ont cherché des canifs lors du plongeon. Pour James Cameron, leur intention était de couper les étais de la cheminée : en effet, le canot A, chargé sur le pont sans avoir été largué par les bossoirs, aurait été nécessairement coincé par les étais de la cheminée qui plongeait, et entraîné vers le fond. Aucune preuve quant au fait que les étais de la cheminée avaient été coupés à tribord donc (tu m'étonnes, vu les conséquences, ils se seraient bien gardés de le dire, comment expliquer une telle chose), mais c'est envisageable. On avait donc peut-être une cheminée tenue par moins d'étais à tribord, et cela pourrait corroborer l'hypothèse d'une cheminée qui tomberait sur bâbord. C'est flou cela dit, je le conçois, mais vu la rapidité des événements à ce moment-là, il va falloir, je crois, s'habituer à des trucs flous...

Ton schéma sur la cheminée est intéressant dans la mesure ou il correspond pour moi davantage à la chute de la cheminée n°2. Là c'est un point qui pourrait corroborer ta thèse : la cheminée n°2 est effectivement tombée un peu sur tribord, aucun doute possible (corroboré par des débris sur l'épave). Peu de doutes aussi quant à la véracité du témoignage de Thayer, vu sa position (en face du gymnase), et la description qu'il fait de gerbes d'étincelles jaillissant de cette cheminée. Plusieurs témoignages concordent (R. Norris Williams notamment) pour dire que c'est bien la cheminée n°2 qui a lancé une gerbe d'étincelles depuis le haut en tombant.

Les tenants de la gîte à bâbord ont bien du mal à expliquer pourquoi cette (putain de) cheminée est tombée à tribord. Ils disent généralement que la base de la cheminée a probablement explosé : la cheminée serait alors tombée quasiment tout droit car retenue par ses étais. Un passager se tenant à tribord à cet instant, considérant que le Titanic gîtait sur bâbord à ce moment, peut alors considérer qu'elle est tombée à tribord. Mais bon, ça reste quand même un vrai casse-tête chinois ce truc.

Avec ta thèse de la gîte à tribord, la chute de la cheminée n°2 ne pose plus trop de souci, bien qu'il faille prendre en considération le très bon état des structures autour de la cheminée n°2. La cheminée n°2 n'a pas tout fracassé sur son passage. En revanche, il faut reconstruire les évènements autour de la chute de la cheminée n°1. Le navire plongerait pour toi donc légèrement incliné sur tribord, avec pas ou peu de mouvement horizontal. Soit. Le canot B déhale très rapidement à tribord, sous l'influence d'un courant (à expliquer). La cheminée n°1 tombe sur tribord et crée une vague qui permet aux deux collapsibles de s'éloigner. Pourquoi pas.

Reste que néanmoins cette histoire de gîte sur tribord me paraît difficilement soutenable. Car comme tu l'as dit, les témoignages parlent d'une gîte à tribord puis à bâbord et restent muets sur la fin. La gîte à bâbord s'explique très bien, à cause de l'ouverture de la porte de coque sur le pont D (niveau salle de réception) et de l'influence de Scotland Road sur le pont E. Est-ce que l'eau peut s'engouffrer assez rapidement au travers de tous les murs, portes, escaliers et j'en passe lors du plongeon final pour redresser le navire et le faire gîter sur tribord ? Je ne suis pas sûr.
Revenir en haut Aller en bas
PhilC

avatar

Masculin
Age : 39
Messages : 1045
Inscrit le : 28/09/2013
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Mar 19 Avr 2016 - 23:15

Nicomurgia a écrit:
La "vague" que les témoignages évoquent pourrait en effet s'expliquer par l'accélération du naufrage (l'eau passe soudainement au-dessus de la rambarde courbe de chaque côté de la passerelle) combinée à un mouvement du navire sur le plan horizontal. Mais alors, pour que le canot B se retrouve à tribord par rapport au Titanic, il faut que le Titanic ait tourné sur bâbord, et cela ne peut s'expliquer que par une gîte accrue à bâbord, non à tribord.

Peut-être y a-t-il eu un déplacement de l'eau dans les fonds du navire, dans un (ou quelques uns) compartiment qui n'était pas entièrement inondé, ce qui aurait fait basculer le navire sur tribord?

Question idiote: qu'est ce que tu entends par "étais de la cheminée"? S'agit-il des câbles? J'aurai tendance à croire qu'ils étaient en acier. Mais là, je n'ai aucune information à ce sujet.

Nicomurgia a écrit:
Reste que néanmoins cette histoire de gîte sur tribord me paraît difficilement soutenable. Car comme tu l'as dit, les témoignages parlent d'une gîte à tribord puis à bâbord et restent muets sur la fin. La gîte à bâbord s'explique très bien, à cause de l'ouverture de la porte de coque sur le pont D (niveau salle de réception) et de l'influence de Scotland Road sur le pont E. Est-ce que l'eau peut s'engouffrer assez rapidement au travers de tous les murs, portes, escaliers et j'en passe lors du plongeon final pour redresser le navire et le faire gîter sur tribord ? Je ne suis pas sûr.

Tout dépend de la position des charnières. Si celles-ci sont situées en direction de l'avant, la porte a pu s'ouvrir lors de l'importante gîte sur bâbord, comme brillamment montré dans l’animation anniversaire d'Honor and Glory (à ce propos, bravo!). Mais la gite sur tribord n'était pas suffisamment importante pour la refermée. Ou si elle était suffisante pour la fermer, n'oublions pas que le navire penchait de l'avant, si bien qu'en se plaquant contre la coque, la porte ne s'est pas fermé, mais complètement ouverte. Elle aussi a dû rencontrer une certaine force opposée lors de la chute dans les abysses. Peut-être s'est-elle refermée puis ré-ouverte, un peu comme un volet claquant au vent? L'arrivée au fond de l'eau a définitivement marqué sa position comme elle est actuellement.



Illustration de Ken Marschall.

Il y a un autre élément que j'ai oublié de mentionner. C'est la position du mât sur l'épave. Celui-ci a rencontré une force opposée, l'eau lui opposant une résistance. De fait, si la proue était inclinée sur bâbord lors de la chute dans les abysses, le mât aurait dû se plier sur tribord. Selon moi, la position du mât sur bâbord indique que la proue était inclinée sur tribord. Si cela va dans le sens d'une inclinaison du navire sur tribord au moment de la fracture, ça ne constitue pas une preuve absolue. La proue a pu basculer légèrement sur tribord au moment de la fracture ou après... mais pas nécessairement.

En ce qui concerne la cheminée n° 2, si elle est bien tombée sur tribord, comment expliquer la chute sur ce côté si le navire était incliné dans l'autre sens? Pour ce qui est de l'absence de dégâts, peut-être la cheminée était trop "fragile" pour marquer le (relatif) solide toit du gymnase?

Je reviens sur la première cheminée:


Si les repères 2 et 3 semblent aller dans le sens d'une chute sur bâbord, pourquoi les repères 1 sont-ils orientés à 90° environ relativement au sens de la chute? Si la cheminée chute légèrement sur tribord, on retrouve un schéma relativement identique à celui posté plus haut. Les repères 1 indiquent une pliure interne, tandis que le repère 3 est expulsé. Le repère 2 présente quelques difficultés, mais si la cheminée s'effondre sur sa base (sur elle-même), en basculant sur l'avant tribord, il représente une pliure interne de l'acier tendant à suivre le mouvement de la cheminée.

Repères 1: repliés sur l'intérieur en raison de la cheminée s'effondrant sur sa base. On parlera de pliure interne.
Repère 2: replié sur l'intérieur en raison du fait que l'acier tend à suivre la cheminée qui s'effondre sur sa base, basculant en avant et légèrement sur tribord. Pliure interne.
Repère 3: replié sur l'extérieur en raison de la cheminée s'effondrant sur sa base. Pliure externe. Comme la cheminée tombe sur l'avant, légèrement sur tribord, l'acier est repoussé en arrière et sur bâbord.

Plus tard, comme le navire est incliné sur tribord, la cheminée n° 2 tombe-t-elle aussi sur tribord. Puis, après la fracture, comme la proue est inclinée sur tribord, en rencontrant une force opposée avec l'eau qui offre une résistance, le mât est replié sur bâbord.

Pour moi, si à toutes ces différentes étapes le navire est incliné sur tribord, au moment de la cassure, la poupe bascule sur tribord. Comme le Titanic pointait proue au Nord (à peu près - les lumières du navire mystère étaient visible presque dans cette direction), la poupe, en basculant sur tribord en en se replaçant presque verticalement (ou presque) en s'engloutissant, orientait ses ponts en direction de l'est, et non en direction de l'ouest - ce qui aurait été le cas si la poupe avait basculé sur bâbord.

Mais, comme je te l'ai dit précédemment, je n'ai pas encore pris connaissance du témoignage de Prentice. Je posterais une série de schéma pour expliquer mon point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
http://titaniccyberweb.free.fr/
PhilC

avatar

Masculin
Age : 39
Messages : 1045
Inscrit le : 28/09/2013
Localisation : Côte d'Or

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Dim 30 Oct 2016 - 17:41

J'aimerai savoir depuis quand il est avéré que l'arrière du Titanic a chaviré après la rupture? C'est en 2006 que j'étais tombé sur des images réalisées par Patks Stephenson. Sinon quoi, avant cette date je n'ai jamais trouvé la moindre référence au chavirage.




Je pose cette question parce que l'idée de l'arrière chavirant m'a depuis longtemps suivi, et ce, bien avant 2006. Depuis le début des années '90, à vrai dire. Croyez-moi ou non; il serait facile de dire aujourd'hui que j'y pensai depuis longtemps. Mon but n'est pas de prétendre avoir "trouvé ça avant tout le monde".

Comment en étais-je venu à cette conclusion? Je parle seulement du chavirage de l'arrière, et pas de quel côté (bâbord ou tribord) celui-ci est tombé. Quand j'ai eu connaissance de la rupture du navire en deux, en 1993, j'avais imaginé le Titanic se séparer en deux morceaux, sans la coque jouant le rôle de charnière, comme devait l'expliquer le film de James Cameron par la suite. En me basant sur une célèbre photo montrant les hélices, je me suis dis que la quille représentait quelque chose d'instable et que l'arrière avait obligatoirement chaviré sur un côté.



La photo qui me fit penser que l'arrière du Titanic avait obligatoirement chaviré sur un bord.

Étant jeune, j'adorai dessiner des BD sur le Titanic, bien que mes talents de dessinateurs laissent à revoir. Je vais vous présenter quelques pages de ces BD que je faisais à l'époque, en allant de la plus récente à la plus ancienne.




J'avais dessiné cette BD, La Nuit du Souvenir, durant les années 1996-97.
Je savais à l'époque que James Cameron tournait
un film sur le sujet, mais je n'avais pas encore vu une seule image.


Intitulée Titanic: du Rêve au Cauchemar, cette BD date de 1994-95.




Portant le titre du Nuit d'Horreur, celle-ci date de 1993.
On notera que j'avais pris comme référence de dessin de Skidmore.
C'est la seule à montrer le chavirage sur tribord.


Enfin, la plus ancienne représentant la cassure du navire, intitulée Nuit de la Tragédie.
Elle a été dessinée durant les mois d'avril-mai 1993.

J'avais eu connaissance de la rupture du navire lors du naufrage par la séquence Caméra Témoin de l'émission Les Marches de la Gloire - si certain s'en souviennent. Le court reportage faisait intervenir Eva Hart dans lequel elle disait, selon la traduction française, qu'il y avait eu une explosion et que le navire s'était brisé en deux. D'où l'explosion dans Nuit de la Tragédie. Pour la suivante,  Nuit d'Horreur, j'avais lu le livre de Philippe Masson, Le Dossier du Naufrage, ce qui m'avait fait exclure l'explosion.

Ceci n'est pas pour dire que j'ai trouvé avant les autres, puisque avec le peu d'informations dont je disposai à l'époque, la théorie du chavirage à laquelle j'avais conclu résulte finalement d'un coup de chance. Par contre, je n'ai jamais adhéré à la théorie de la charnière montrée dans le film de Cameron. La rupture totale de la chaufferie n° 1, ainsi qu'une partie de la salle des machines alternatives, m'empêchèrent d'y croire. Sans le schéma paru dans La Découverte du Titanic de Robert Ballard, j'aurai certainement adhéré à cette hypothèse. Je sais qu'aujourd'hui, je dois néanmoins réétudier ma vision là-dessus.

Donc, je serai curieux de savoir depuis quand le chavirage de la partie arrière est considéré par les experts.
Revenir en haut Aller en bas
http://titaniccyberweb.free.fr/
Nicomurgia

avatar

Masculin
Age : 25
Messages : 772
Inscrit le : 28/12/2011

MessageSujet: Re: La cassure : une thèse prouvée   Dim 30 Oct 2016 - 19:25

Je ne crois pas qu'on puisse dire que c'est un fait avéré, Phil. Les témoignages nous permettent de dire que le Titanic penchait sur un côté pendant le naufrage, mais la théorie du chavirage est surtout l'interprétation de Parks Stephenson du témoignage de Joughin, qui dit que le navire était penché de telle façon que les naufragés étaient entassés à bâbord et ne pouvaient pas accéder à l'échelle tribord. Mais Paul Lee, par exemple, considère que Joughin était trop imbibé pour se souvenir vraiment de quoi que ce soit, et estime plutôt que le Titanic oscillait entre une gîte à tribord et une gîte à bâbord jusqu'à la fin. On a aussi le témoignage de Frank Prentice, qui se tenait au niveau d'un des panneaux rouges "Notice" à l'arrière et qui a rapporté n'avoir vu que deux hélices hors de l'eau au moment de son plongeon... Bref, cet élément est encore loin de faire l'unanimité, même si je suis d'accord avec ton interprétation.
Félicitations pour tes BD, c'est vraiment super bien fait ! Tu as déjà pensé à une reconversion ? rire
Revenir en haut Aller en bas
 
La cassure : une thèse prouvée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» La cassure : une thèse prouvée
» thèse sur la dégradation des pierres par les sels solubles
» L'hippo...Thèse
» 25C semeuse type IV cassure du 2 ?
» Appel au fan de disney pour leur bon coeur! (Pour ma thèse)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Titanic :: La tragédie................................... :: Le naufrage-
Sauter vers: